Retourner à la liste

Vingt-trois sujets ont été recrutés s'ils avaient reçu un diagnostic confirmé par IRM d'une fracture de stress grade 2-4 soit à la crête tibiale postéro-médiale, la fibula ou aux 2e, 3e et 4e métatarses. Les sujets ont été randomisés au traitement par US ou au placebo, qui consistait en 20 minutes de traitement par jour pendant 4 semaines. Aucune différence entre les groupes n'a été constatée en ce qui concerne les grades à l'IRM et l'oedème osseux. De plus, aucune différence au niveau de l'effet de traitement n'a été trouvée aux 6 paramètres cliniques (douleur nocturne, au repos, à la marche, à la course, au saut unipodal et sensibilité au toucher).

Opinion: Des évidences faibles existent quant aux bénéfices potentiels de l'US pulsé sur les fractures et les fractures de stress. Cette étude suggère, à l'aide d'un devis solide sans faille majeure apparente mais incluant un faible nombre de sujets, que l'US ne représente pas un avantage additionnel par rapport au placebo.

Mettons ça dans le lot des études existantes en attendant la suite… Une revue systématique (incluant 8 études) de Tajali publié en 2007 intitulée “Low-intensity pulsed ultrasound and pulsed electromagnetic field in the treatment of tibial fractures: a systematic review” concluait : " Les études incluses étaient généralement d'une qualité méthodologique élevée. Les évidences suggèrent que l'US pulsé pourrait accélérer la réparation des fractures tibiales aigües."

En 2009, une autre revue systématique de Busse (incluant 5 études) intitulée “Low intensity pulsed ultrasonography for fractures: systematic review of randomised controlled trials“ mentionnait ceci : " Les évidences concernant les effets de l'US pulsé sur la guérison des fractures sont modérées à très faibles en terme de qualité et rapportent des résultats contraires. Bien que les résultats dans leur globalité sont prometteurs, des essais cliniques randomisés à grande échelle sont nécessaires afin d'adresser des facteurs cliniques importants comme le retour à la fonction."

En 2013, une autre revue systématique de Ebrahim (incluant 13 études), intitulée “Low-intensity pulsed ultrasonography versus electrical stimulation for fracture healing: a systematic review and network meta-analysis” concluait : " dans le cas d'une fracture aigüe, il y aurait potentiellement un bénéfice après 6 mois de l'utilisation de l'US. Chez les patients ayant une non-union ou union retardée, la stimulation électrique pourrait avoir un effet bénéfique après 3 mois. Cependant, d'autres études évaluant la récupération fonctionnelle sont nécessaires." Haaaaa la science!!!