Retourner à la liste

Dix coureurs entraînés ont participé à 2 essais de course de 21,1km dans un ordre aléatoire. La course était effectuée sur tapis roulant, à 30°C et 42% d'humidité, avec un vent de face correspondant à la vitesse de course. Pendant l'essai (1), les coureurs devaient boire selon la sensation de soif, et pendant l'essai (2), il devaient maintenir un poids corporel à l'intérieur des 2% de perte tel que recommandé par l' «American College of Sports Medicine». Lorsque les recommandations ont été suivies (1,380 ± 320 mL/h), aucune différence de performance n'a été constatée en comparaison avec le fait de boire selon sa soif (384 ± 180 mL/h) lors d'une demi-marathon dans un envir onnement très chaud.

Opinion: Boire avant d'avoir soif (pour ne pas perdre plus de 2% de son poids de corps) n'a montré aucun avantage, dans cette étude, en comparaison avec le fait de boire ad libitum. Bien que seulement 10 coureurs aient participé, les résultats sont très intéressants et devraient entraîner des études de plus grande envergure. Ce sujet a déjà été exploré en long et en large dans une série de 4 billets sur notre blog. Les recommandations de la majorité des associations (l’American College of Sports Medicine ET American Dietetic Association ET Dietitians of Canada ET l’American Dairy Association and Dairy Council) vont dans le sens contraire : il ne faut pas perdre plus de 2% du poids du corps et il faut boire avant d’avoir soif.

Permettons-nous de critiquer ces recommandations farfelues… toutes basées sur une revue systématique de Sawka et al. (American College of Sports Medicine position stand. Exercise and fluid replacement. Med Sci Sports Exerc. 2007;39:377-390.) que nous qualifierions de pauvre (manque de rigueur), trompeuse et biaisée!