Définition

La chaussure minimaliste est une chaussure interférant minimalement avec les mouvements naturels du pied, de par sa grande flexibilité, son faible dénivelé, son faible poids, sa faible épaisseur au talon, et l'absence de technologies de stabilité et de contrôle du mouvement

Les critères

  • Flexibilité

    Mesure de la flexibilité longitudinale (plier la chaussure dans l’axe avant-arrière) et torsionnelle (tordre la chaussure vers la pronation) de la chaussure. Plus la chaussure est flexible, plus la note à l’Indice Minimaliste sera élevée.

  • Poids

    Résultat d’une chaussure placée sur une balance! Plus la chaussure est légère, plus elle obtiendra une note élevée sur cette échelle de l’Indice Minimaliste.

  • Épaisseur

    Prise de mesure au talon, elle évalue la distance entre l’endroit où le pied est appuyé (centre du talon) et le point de contact au sol de la chaussure sous le talon. Plus la chaussure est mince, plus elle obtiendra une note élevée. 

  • Technologies de stabilité

    Décompte des technologies les plus communément incluses dans la chaussure et intégrées pour contrer la pronation. Moins la chaussure comporte de telles technologies, plus la note à l’Indice Minimaliste sera élevée.

  • Drop

    Mesure de la différence entre l’épaisseur de la semelle au talon et celle à l’avant-pied (point d’appui du début des orteils). Plus la différence entre les deux mesures se rapproche de 0, plus elle obtiendra une note élevée.

Comment mesurer votre chaussure?

Voici le mode d'emploi complet pour mesurer l'indice minimaliste de votre chaussure.

 

                                             

Calculer

Poids

Placez la chaussure sur la balance. Selon la balance, quel est le poids de la chaussure (en grammes)?

Épaisseurs du talon

À l'aide d'une jauge d'épaisseur, mesurez l'épaisseur de la chaussure sous le talon en incluant les semelles interne, moyenne (intercalaire) et externe. La jauge doit être placée au milieu du talon d'un point de vue postérieur à la chaussure, et aussi au milieu du talon d'un point de vue latéral.

Une attention particulière doit être prise lorsque la jauge est appuyée sur la semelle externe, puisque le point le plus externe (l'épaisseur la plus grande) doit être considéré.

La jauge d'épaisseur doit être positionnée au milieu du talon d'un point de vue postérieur.

La jauge d'épaisseur doit être positionnée au milieu du talon d'un point de vue latéral.

Dénivelé (Drop)

À l'aide d'une jauge d'épaisseur, mesurez l'épaisseur de la chaussure sous les têtes métatarsiennes en incluant les semelles interne, moyenne (intercalaire) et externe. La jauge doit être placée au milieu de la chaussure d'un point de vue supérieur. Une attention particulière doit être prise lorsque la jauge est appuyée sur la semelle externe, puisque le point le plus externe (l'épaisseur la plus grande) doit être considéré.

Afin d'obtenir le dénivelé (drop), soustrayez l'épaisseur aux têtes métatarsiennes de l'épaisseur au talon.

La jauge d'épaisseur doit être positionnée au milieu des têtes métatarsiennes d'un point de vue postérieur.

La jauge d'épaisseur doit être positionnée au milieu des têtes métatarsiennes d'un point de vue latéral.

Technologies de stabilité et de contrôle du mouvement

Parmi ces technologies, lesquelles observez-vous sur la chaussure?

  • Semelle moyenne à densités multiples. Typiquement, une couleur différente est utilisée afin de mettre l'emphase sur cette technologie.

  • Renforts médiaux en plastique. L'utilisation du plastique a pour but de renforcer la portion médiale de la semelle moyenne.

  • Coupole calcanéenne rigide.

  • Semelle interne médiale surélevée (gauche), en comparaison avec une semelle interne plate (droite).

  • Empeigne médiale renforcée. Les matériaux utilisés fournissent un support par tension afin de limiter les mouvements en médial du pied.

  • Élargissement médial des semelles moyenne et externe.

Flexibilité longitudinale

En utilisant une pince formée du pouce, de l'index et du majeur de chaque main, appliquez une force supérieure aux portions antérieure et postérieure de la chaussure. Les images suivantes démontrent chacun des pointages possibles.

Veuillez sélectionner une flexibilité longitudinale.

5/5

Résistance minimale à la déformation longitudinale (la chaussure peut être roulée sur elle-même sur plus de 360 degrés)

4/5

Légère résistance à la déformation longitudinale (le bout antérieur de la chaussure atteint le bout postérieur de la chaussure, avec une déformation longitudinale maximale de 360 degrés)

3/5

Résistance modérée à la déformation longitudinale (le bout antérieur de la chaussure n'atteint pas le bout postérieur, mais un angle d'au moins 90 degrés est formé entre les parties antérieure et postérieure de la chaussure)

2/5

Forte résistance à la déformation longitudinale (un angle entre 45 et 90 degrés est formé entre les parties antérieure et postérieure de la chaussure)

1/5

Très forte résistance à la déformation longitudinale (bien que la déformation longitudinale soit possible, un angle maximal de 45 degrés peut être formé entre les parties antérieure et postérieure de la chaussure)

0/5

Résistance extrême à la déformation longitudinale (les forces appliquées ne changent pas de façon significative l'angle formé entre les parties antérieure et postérieure de la chaussure)

Flexibilité torsionnelle

En utilisant une pince formée du pouce, de l'index et du majeur de chaque main, appliquez une force médiale (pronation) à la portion antérieure de la chaussure. Les images suivantes démontrent chacun des pointages possibles.

Veuillez sélectionner une flexibilité torsionnelle.

5/5

Résistance minimale à la torsion (la partie antérieure de la chaussure est tournée sur 360 degrés; le dessous de la partie antérieure est orienté en inférieur après une torsion complète, pendant que la partie postérieure reste orientée vers le bas)

4/5

Légère résistance à la torsion (la partie antérieure de la chaussure est tournée d'au moins 180 degrés, mais à moins de 360 degrés; le dessous de la partie antérieure est orienté au moins vers le haut, pendant que la partie postérieure reste orientée vers le bas)

3/5

Résistance modérée à la torsion (la partie antérieure de la chaussure est tournée d'au moins 90 degrés, mais à moins de 180 degrés; le dessous de la partie antérieure est au moins orienté vers le côté pendant que la partie postérieure reste orientée vers le bas)

2/5

Forte résistance à la torsion (la partie antérieure de la chaussure est tournée au moins 45 degrés, mais à moins de 90 degrés; le dessous de la partie antérieure ne peut atteindre le côté pendant que la partie postérieure reste orientée vers le bas)

1/5

Très forte résistance à la torsion (une déformation torsionnelle est possible, mais la partie antérieure de la chaussure atteint moins de 45 degrés)

0/5

Résistance extrême à la torsion (les forces torsionnelles ne changent pas de façon significative l'orientation de la partie antérieure de la chaussure relativement à la partie postérieure)

Applications

Vous changez de chaussure

Tenez compte de l’Indice Minimaliste afin de planifier votre transition! Les blessures reliées à un changement de chaussures sont relativement fréquentes. Les coureurs devraient viser 1 mois de transition pour chaque tranche de 10% de différence à l’Indice Minimaliste. Ainsi, si vous désirez passer d’une chaussure cotée 50% à une chaussure cotée 70%, vous devriez compter environ 2 mois de transition. Cette règle est conservatrice, mais applicable à la plupart des coureurs. Selon votre profil et votre tolérance au changement, il se peut que vous ayez besoin de plus ou moins de temps. Une transition trop rapide vers une chaussure plus minimaliste (score plus élevé à l’Indice Minimaliste) provoquera typiquement des douleurs au pied, au tendon d’Achilles et au mollet. Une transition trop rapide vers une chaussure plus maximaliste provoquera quant à elle des douleurs au genou, à la hanche et au dos… simplement parce que différents profils de chaussures amènent un changement de technique de course qui stresse les tissus de votre corps différemment. Au final, tout est question d’habitude et d’adaptation! Écoutez votre corps!

Vous désirez améliorer votre biomécanique

Choisissez la bonne catégorie de chaussures! Plusieurs études et expérimentations cliniques ont montré que les coureurs ont tendance à modifier inconsciemment la façon dont ils courent selon le type de chaussures qu’ils portent. La probabilité de courir avec de meilleurs comportements de modération d’impact augmente au fur et à mesure que la chaussure devient plus minimaliste. Par souci de protection, plusieurs changements seront observés, comme une augmentation de la cadence du pas de course et une réduction de l’attaque du talon, qui tendra davantage vers l’avant-pied. Ce changement de technique aura comme conséquence une réduction des forces appliquées au genou, à la hanche et au dos. Plus l’Indice Minimaliste est élevé, plus la probabilité de tels changements augmente… et comme ces changements sont inconscients, les changements de technique induits par la chaussure seront plus durables dans le temps que les changements biomécaniques volontaires! Autre point : ne réduisez pas la définition du minimalisme au dénivelé de la chaussure… pris individuellement, ce facteur n’a que très peu d’influence sur la technique de course!

Vous faites de la recherche

Utilisez l’Indice Minimaliste pour quantifier le niveau de minimalisme des chaussures testées : un outil fiable, facilement applicable et qui a fait consensus auprès de 42 experts à travers le monde! Les termes minimalisme et maximalisme sont des termes qualificatifs populaires largement utilisés dans le but de promouvoir ou de vendre un type de chaussure. Ces catégories incluent une panoplie de chaussures aux caractéristiques parfois diamétralement opposées. De plus, on leur associe souvent, selon les tendances du marché, des caractéristiques uniques qui ne sont qu’une partie des caractéristiques de la chaussure. À titre d’exemple, le dénivelé est souvent décrit comme étant le critère principal du minimalisme. Pourtant, son effet sur la cinématique, si isolé, est loin d’être convaincant. Il est donc inadéquat de généraliser les effets des chaussures minimalistes ou maximalistes sur la biomécanique et les blessures, sans considérer une mesure quantitative de leurs caractéristiques, puisque celles-ci peuvent grandement différer entre chaussures dites de même catégorie. De plus, l’inclusion de l’ensemble des caractéristiques et non seulement de critères précis tel le dénivelé sera beaucoup plus réaliste dans la prédiction des comportements biomécaniques induits par la chaussure et dans le développement de recommandations cliniques de transition.

Les experts

Dans le cadre d’un projet de recherche mené à l’Université Laval, un total de 42 experts provenant de 11 pays ont contribué à établir une définition standardisée des chaussures minimalistes ainsi qu’à la conception de l’Indice Minimaliste. La liste suivante inclut le nom des experts qui ont activement participé au processus, composé de 4 rondes de questions.

Pour accéder à la version intégrale de l’article publié dans le Journal of Foot and Ankle Research, cliquez ici.

 

Liste des experts

  • Ian Adamson

    M.Sc, M.Eng.

    Healthy Runnning,

    United States

  • Shawn W. Allen

    DC.

    Allen Chiropractic Orthopedics & The Gait Guys,

    Chicago, IL, United States

  • Christian Barton

    PT, Ph.D.

    Complete Sports Care,

    Melbourne, Australia

  • Jason Bonacci

    PT, Ph.D.

    School of Exercise & Nutrition Sciences

    Deakin University, Australia

  • Nicholas A. Campitelli

    DPM.

    Northeast Ohio Medical Associates

    Kent State University College of Podiatric Medicine, United States

  • Roy T.H. Cheung

    PT, Ph.D.

    Department of Rehabilitation Sciences,

    The Hong Kong Polytechnic University, Hong Kong

  • Mark Cucuzella

    MD

    West Virginia University School of Medicine

    USA

  • Irene S. Davis

    PT, Ph.D.

    Spaulding National Running Center, Departement of Physical Medicine and Rehabilitation

    Harvard Medical School, USA

  • Jay Dicharry

    MPT, SCS

    REP Biomechanics Lab

    Bend, OR, USA

  • Scott Douglas

    Senior contend editor

    Runner's World

    USA

  • Blaise Dubois

    PT

    Laval University & The Running Clinic

    Quebec City, Canada

  • Jean-Francois Esculier

    PT, M.Sc.

    Laval University & The Running Clinic

    Quebec City, Canada

  • Marlène Giandolini

    M.Sc.

    University of Saint-Étienne

    France

  • Allison Gruber

    Ph.D.

    Departement of Kinesiology, Indiana University in Bloomington

    USA

  • Bryan Heiderscheit

    PT, Ph.D.

    University of Wisconsin

    Madison, USA

  • Luiz Carlos Hespanhol Junior

    PT, M.Sc.

    VU University Medical Center

    Amsterdam, Netherland

  • Alex Hutchinson

    Ph.D.

    Senior Editor, Canadian Running Magazine

    Canada

  • D. Casey Kerrigan

    MD

    OESH shoes

    VA, USA

  • Peter Larson

    Ph.D.

    Performance Health Spine and Sport Therapy

    Concord, NH, USA

  • Greg Lehman

    PT, M.Sc.

    The Urban Athlete

    Toronto, Canada

  • Daniel E. Lieberman

    Ph.D.

    Departement of Human Evolutionary Biology, Harvard University

    USA

  • Everett Lohman, III

    D.Sc., PT

    School of Allied Health Professions, Loma Linda University

    USA

  • Alexandre Dias Lopes

    PT., Ph.D.

    Universidade Cidade de Sao Polo (UNICIDID), Sao Paulo Running Injury Group (SPRunIG)

    Sao Paulo, Brazil

  • Ray McClanahan

    DPM

    Northwest Foot and Ankle Clinic & Correct Toes

    Portland, OR, USA

  • Guillaume Y. Millet

    Ph.D.

    Human Performance Laboratory, Faculty of Kinesiology

    University of Calgary, Canada

  • Benno M. Nigg

    Dr.Sc.Nat.

    Human Performance Laboratory, faculty of Kinesiology

    University of Calgary, Canada

  • Timothy Noakes

    MD, DSc, Ph.D (hc)

    Departement of Human Biology

    University of Cape Town, South Africa

  • Craig Payne

    DPM

    Australia

  • Craig E. Richards

    B.Med.

    School of Biomecanical Sciences & Pharmacy

    University of New Castle, Australia

  • Michael Ryan

    Ph.D.

    Centre for Musculoskeletal Research

    Griffith University, Australia

  • Jacob Schelde

    MD

    Occupational Health Clinic

    Odense University Hospital, Denmark

  • Darren Stefanyshyn

    Ph.D., P.Eng.

    Human Performances Laboratory, Faculty of Kinesiology

    University of Calgary, Canada

  • Jack Taunton

    M.Sc., MD

    Division of Sports Medicine, Faculty of Medicine

    University of British Columbia, Canada

  • Daniel Theisen

    Ph.D

    Sports Medicine Research Laboratory

    Public Research Centre for Health of Luxembourg

  • Ross Tucker

    Ph.D

    Research Unit for Exercice Science and Sports Medicine

    University of Cape Town, South Africa

  • Ivo F. Waerlop

    DC

    Summit Chiropratic & Rehabilitation & The Gait Guys

    Dillon, CO, USA

  • Joe Warne

    B.Sc.

    School of Health and Human Performance

    Dublin City University, Ireland

  • John D. Willson

    PT, Ph.D

    East Carolina University

    USA

  • Richard W. Willy

    PT, Ph.D

    East Carolina University

    USA

Publications

  • FR

    Publications

    Journal of Foot and Ankle Research, 2015, par Jean-Francois Esculier, Blaise Dubois, Clermont E. Dionne, Jean Leblond and Jean-Sébastien Roy. This standardised definition of minimalist shoes developed by an international panel of experts will improve future research on minimalist shoes and clinical recommendations. MI's adequate validity and reliability will allow distinguishing running shoes based on their degree of minimalism, and may help to decrease injuries related to footwear transition.

    En savoir plus