Retourner à la liste

Syndrome de stress tibial médiale (périostite)

La périostite tibiale ou « medial tibial stress syndrome » (MTSS) pour les scientifiques, se présente chez le coureur par une douleur à l’intérieur du tibia au-dessus de la malléole interne de la cheville. Cette pathologie apparaît après une surcharge sur la chaine postérieure qui est occasionnée par toutes activités inhabituelles qui amènent le coureur davantage sur la pointe des pieds.

En savoir plus

Fracture de stress tibial (fracture de fatigue)

La fracture de stress du tibia peut survenir à la suite d’une périostite tibiale non traitée et la poursuite d’activités physiques accentuant la douleur au niveau du tibia. Un point de douleur devient plus localisé et on peut parfois identifier un gonflement. Il s’agit en fait d’une microfracture, souvent non visible sur les rayons X.

En savoir plus

Tendinopathie achiléenne (tendinite d’Achille)

Capable de supporter des charges de tension impressionnante, le tendon d’Achille, reliant le mollet au talon, est le tendon le plus résistant du corps humain. C’est malheureusement aussi le tendon le plus fréquemment blessé chez les coureurs de longues comme de courtes distances. Principalement stressé par les entraînements de vitesse, les côtes et les sauts, ce tendon peut d’abord s’enflammer (tendinite), puis, si la douleur persiste plus de quelques semaines, laisser place à un tissu cicatriciel appelé tendinose.

En savoir plus

Syndrome de loge antérieure (syndrome de compartiment)

Le syndrome de loge antérieure est souvent perçu comme une sensation de pression et/ou de compression en antérieur de la jambe. Lorsqu’un muscle est sollicité, il s’engorge d’eau et grossit. Il arrive que cette expansion de volume soit limitée, car le muscle se trouve à l’intérieur d’une loge composée d’os et de membranes fibreuses qui ont un étirement possible restreint. Pour certains coureurs, la pression à l’intérieur de la loge, dans laquelle le muscle travaille, devient suffisamment forte pour que des douleurs apparaissent. Parfois, cette pression comprime les nerfs qui cheminent à l’intérieur de la loge, ce qui engourdit le dessus du pied.

En savoir plus

Tenosynovite du tibial antérieur (releveur du pied)

Pathologie très fréquente chez les ultra-traileurs, le tibial antérieur freine la descente du pied lors de l’attaque au sol du talon. Les descentes prolongées sont souvent la cause de ce type de blessures. La douleur est située juste en avant de la cheville et de la jambe.

En savoir plus

Claquage des gastrocnémiens (déchirure du mollet)

Le claquage du mollet est le plus fréquent des claquages chez le coureur d’endurance. Il implique une déchirure des fibres musculaires plus ou moins importante selon le grade de la pathologie, avec douleur à l’étirement, à la contraction et à la palpation. Cette condition se présente habituellement lors d’un mouvement rapide de poussée sur la pointe des pieds.

En savoir plus