Retourner à la liste

Tendinopathie ou dysfonction du tendon tibial postérieur ? Une pathologie pas comme les autres (Partie 2/2)

Dans la première partie de ce blogue, nous avons bien défini ce qu’était la dysfonction du tendon tibial postérieur et pourquoi il est primordial d’avoir une prise en charge optimale. Cette partie de blogue expliquera la prise en charge de cette pathologie pour les stades I et II. Vous serez surpris des traitements suggérés !

 

Plusieurs traitements existent afin de soulager et permettre la guérison du tendon tibial postérieur. Les traitements varieront selon le stade de la pathologie, de la phase de celle-ci (phase aigüe ou phase chronique) et du jugement du clinicien traitant [1].  La plupart des traitements ont comme objectif de diminuer les forces appliquées sur le tendon ou d’augmenter la résistance du tendon aux forces appliquées sur celui-ci [2-5]. Les traitements qui sont présentés tiendront compte du ratio risque versus bénéfice et du ratio coût versus efficacité dans l’ordre de leur présentation [1].

 

Tout d’abord, au stade I, le repos et le changement des activités en favorisant des sports moins exigeants pour le tendon tels que le vélo et la natation sont souvent conseillés au coureur atteint. Cette transition permet de diminuer la charge appliquée sur la structure atteinte [6, 7]. Il s’agit en fait de bien quantifier son stress mécanique (#QSM). À cela peuvent s’ajouter des exercices de renforcement en concentrique et en excentrique du muscle tibial postérieur. L’efficacité thérapeutique a été démontrée par Ross, et al. [8] dans leur récente revue systématique de la littérature.

Des exercices lents avec charge intense ( « heavy slow resistance » ) permettent de renforcer les tendons pathologiques en augmentant la charge appliquée sur le tendon. De plus, l’effet thérapeutique des exercices de renforcement est bien démontré pour plusieurs tendinopathies du membre inférieur [9, 10]. Il est important que les exercices ne créent pas de douleur ni pendant ni après les exercices.  En effet, les exercices permettent renforcer les tendons pathologiques et ainsi augmenter leur résistance aux charges [11, 12]. Une désensibilisation tendineuse (diminution de la douleur) est aussi répertoriée à la suite d’exercices de renforcement [13, 14].

 

Comme démontré par l’étude de Kulig, et al. [15], les exercices de renforcement peuvent être ajoutés aux orthèses plantaires sur mesure afin de diminuer la douleur associée à la dysfonction du tendon tibial postérieur. Les orthèses plantaires en combinaison ou non avec des exercices de renforcement ou d’étirement ont démontré leur efficacité thérapeutique pour la dysfonction du tendon tibial postérieur dans d’autres études [16-19] (voir fig. 1). Leur effet bénéfique peut s’expliquer par le fait qu’elles viendraient diminuer la charge mécanique sur le tendon tibial postérieur [20, 21] en modifiant la biomécanique de la cheville observée chez la population atteinte d’une dysfonction du tendon tibial postérieur.

 

effet de l'orthèse

 

Présentement, il y a un plus grand nombre d’études qui démontrent l’efficacité thérapeutique de l’orthèse plantaire pour cette pathologie que d’études qui démontrent l’efficacité des exercices. Par contre, il est conseillé de débuter avec une bonne quantification du stress mécanique et des exercices spécifiques étant donné leur coût moindre et leur effet néfaste potentiel qui est pratiquement nul [2, 3]. Cependant, il ne faut pas hésiter à recourir au traitement par l’orthèse plantaire dans les stades I et II, car l’atteinte du stade III mène souvent à la chirurgie. En effet, avec ces différents traitements, le taux de guérison est estimé à 69%. Environ 15% des individus atteints de la dysfonction du tendon tibial postérieur de stade II décideront de subir une opération et en seront satisfaits [22]. Par contre, 15 % resteront insatisfaits suite à la chirurgie sans vraiment avoir d’autres alternatives de traitements.

 

Pour résumer, chez le patient coureur, une bonne quantification du stress mécanique combiné à des exercices restent la première approche à avoir. Il ne faut cependant pas rester inactif, avoir une approche pragmatique avec cette pathologie et intervenir avec un matériel orthopédique au moment opportun. Une fois les symptômes contrôlés, il sera important de retirer l’orthèse plantaire progressivement en gardant une approche se basant sur la QSM. Le fait de ne pas traiter la pathologie de manière efficace pourra engendrer des conséquences à long terme sur la cheville du coureur atteint. 

 

 

Références

[1] E.L. Karran, J.H. McAuley, A.C. Traeger, S.L. Hillier, L. Grabherr, L.N. Russek, et al., Can screening instruments accurately determine poor outcome risk in adults with recent onset low back pain? A systematic review and meta-analysis, BMC Med 15(1) (2017) 13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28100231.

[2] K. Yao, T.X. Yang, W.P. Yew, Posterior Tibialis Tendon Dysfunction: Overview of Evaluation and Management, Orthopedics 38(6) (2015) 385-91. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26091214.

[3] B. Bowring, N. Chockalingam, Conservative treatment of tibialis posterior tendon dysfunction--a review, Foot (Edinb) 20(1) (2010) 18-26. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20434675.

[4] B. Bowring, N. Chockalingam, A clinical guideline for the conservative management of tibialis posterior tendon dysfunction, Foot (Edinb) 19(4) (2009) 211-7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20307479.

[5] J. Kohls-Gatzoulis, J.C. Angel, D. Singh, F. Haddad, J. Livingstone, G. Berry, Tibialis posterior dysfunction: a common and treatable cause of adult acquired flatfoot, BMJ 329(7478) (2004) 1328-33. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15576744.

[6] M. Mueller, K. Maluf, Tissue adaptation to physical stress: a proposed "Physical Stress Theory" to guide physical therapist practice, education, and research, Physical Therapy 82(4) (2002) 383-403. http://sfx.bibl.ulaval.ca:9003/sfx_local?sid=Entrez%3APubMed&id=pmid%3A11922854.

[7] T.G. McPoil, G.C. Hunt, Evaluation and management of foot and ankle disorders: present problems and future directions, J Orthop Sports Phys Ther 21(6) (1995) 381-8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7655482.

[8] M.H. Ross, M.D. Smith, R. Mellor, B. Vicenzino, Exercise for posterior tibial tendon dysfunction: a systematic review of randomised clinical trials and clinical guidelines, BMJ Open Sport Exerc Med 4(1) (2018) e000430. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30271611.

[9] B. Habets, R.E. van Cingel, Eccentric exercise training in chronic mid-portion Achilles tendinopathy: a systematic review on different protocols, Scand J Med Sci Sports 25(1) (2015) 3-15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24650048.

[10] N.J. Collins, C.J. Barton, M. van Middelkoop, M.J. Callaghan, M.S. Rathleff, B.T. Vicenzino, et al., 2018 Consensus statement on exercise therapy and physical interventions (orthoses, taping and manual therapy) to treat patellofemoral pain: recommendations from the 5th International Patellofemoral Pain Research Retreat, Gold Coast, Australia, 2017, Br J Sports Med 52(18) (2018) 1170-78. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29925502.

[11] T.B. Cardoso, T. Pizzari, R. Kinsella, D. Hope, J.L. Cook, Current trends in tendinopathy management, Best Pract Res Clin Rheumatol 33(1) (2019) 122-40. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31431267.

[12] S.I. Docking, J. Cook, How do tendons adapt? Going beyond tissue responses to understand positive adaptation and pathology development: A narrative review, J Musculoskelet Neuronal Interact 19(3) (2019) 300-10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31475937.

[13] E. Rio, D. Kidgell, C. Purdam, J. Gaida, G.L. Moseley, A.J. Pearce, et al., Isometric exercise induces analgesia and reduces inhibition in patellar tendinopathy, Br J Sports Med 49(19) (2015) 1277-83. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25979840.

[14] A.M. Goodwill, A.J. Pearce, D.J. Kidgell, Corticomotor plasticity following unilateral strength training, Muscle Nerve 46(3) (2012) 384-93. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22907229.

[15] K. Kulig, S.F. Reischl, A.B. Pomrantz, J.M. Burnfield, S. Mais-Requejo, D.B. Thordarson, et al., Nonsurgical management of posterior tibial tendon dysfunction with orthoses and resistive exercise: a randomized controlled trial.(Research Report)(Report), Physical Therapy 89(1) (2009) 26. https://academic.oup.com/ptj/article-lookup/doi/10.2522/ptj.20070242.

[16] R.G. Alvarez, A. Marini, C. Schmitt, C.L. Saltzman, Stage I and II posterior tibial tendon dysfunction treated by a structured nonoperative management protocol: an orthosis and exercise program, Foot Ankle Int 27(1) (2006) 2-8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16442022.

[17] N. Bek, I.E. Simsek, S. Erel, Y. Yakut, F. Uygur, Home-based general versus center-based selective rehabilitation in patients with posterior tibial tendon dysfunction, Acta Orthop Traumatol Turc 46(4) (2012) 286-92. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22951761.

[18] W. Chao, K.L. Wapner, T.H. Lee, J. Adams, P.J. Hecht, Nonoperative management of posterior tibial tendon dysfunction, Foot Ankle Int 17(12) (1996) 736-41. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8973895.

[19] E.S. Lederhaus, S. Reischl, S. Arya, K. Kulig, Does a 10-week specific eccentric exercise program alter the degenerated tibialis posterior tendon?, Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy 39(1) (2009) A45-A45. http://proxy.uqtr.ca/login.cgi?action=login&u=uqtr&db=ebsco&ezurl=http://search.ebscohost.com/login.aspx?direct=true&db=c8h&AN=105637209&site=ehost-live.

[20] C. Payne, Forces, motion and outcomes with foot orthoses and running shoes, 8th footwear biomechanics symposium, The Footwear Biomechanics Group, Taipei, Taïwan, 2007, pp. 23-24.

[21] K. Mills, P. Blanch, A.R. Chapman, T.G. McPoil, B. Vicenzino, Foot orthoses and gait: a systematic review and meta-analysis of literature pertaining to potential mechanisms, Br J Sports Med 44(14) (2010) 1035-46. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19996330.

[22] J.L. Lin, J. Balbas, E.G. Richardson, Results of non-surgical treatment of stage II posterior tibial tendon dysfunction: a 7- to 10-year followup, Foot Ankle Int 29(8) (2008) 781-6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18752775.

 

Dominic Chicoine, Podiatre