Retourner à la liste

Quel est l’impact de la course à pied sur votre santé mentale ?

 

La crise du COVID-19 a fait émerger ou accentué nombre de problématiques. Parmi elles : la santé mentale. Longuement traitée dans les médias et dans les entreprises, c'est un enjeu mondial qui a probablement été le plus mis en avant au cours des confinements successifs.

 

La littérature scientifique nous alerte de plus en plus sur le fait que les aspects sociaux sont des déterminants directs de la santé au même titre que l’activité physique ou le sommeil.

Aucun n'a été épargné pendant cette crise. Y compris les personnes les plus fortes moralement, affectées par la perte des repères et l'incertitude générale. Le bien-être mental a pris un coup mais le physique également (avec les problèmes de sédentarité à la clé).

Je vous propose dans ce court article de passer en revue les différents impacts de la course à pied sur votre santé mentale !

 

 

Vu par la science : les bénéfices de la course à pied sur le bien-être mental

 

La revue de Oswald et al. publiée dans the International Journal of Environnemental Research and Public Health en Octobre 2020 a passé en revue 116 études sur la relation entre la course à pied et la santé mentale. Cette dernière propose de partager ce que l’on sait aujourd’hui sur la relation entre les deux (sans distinction de groupe d’âges et de populations). Les recherches permettent d’identifier un corpus croissant d’études scientifiques sur le sujet.

 

Par santé mentale les auteurs entendent : dépression, anxiété, sentiment d’efficacité personnelle, stress, désordre alimentaire, estime de soi, addiction, humeur.

 

Parmi les 116 études passées en revue, 47 étaient transversales. C’est à dire que qu’il y a eu une observation de la population dans sa globalité, à un instant donné. Seize d’entre elles ont comparé des mesures de santé mentale par questionnaire chez des coureurs et des non-coureurs. Elles ont trouvé que les coureurs étaient moins déprimés, moins anxieux, avaient moins de stress, un bien être psychologique plus élevé et une meilleure humeur que les sédentaires.

 

Dix-neuf études ont étudié seulement des coureurs sans les comparer à des sédentaires. Deux études ont retrouvé une relation entre l’entrainement au marathon, l’estime de soi et la capacité à faire face aux choses (coping strategies).

 

Une étude démontre que les femmes qui s’entrainent plus intensément ont significativement moins d’anxiété que celles qui le font à intensité modérée. Cependant, le manque de diversité et de contrôles est une des limites de l’étude. Par ailleurs, une autre étude a trouvé que si un coureur ne peut pas courir alors qu’il est blessé ou malade alors il fait l’expérience d’un stress psychologique, de symptômes dépressifs, d’un changement d’humeur d’une baisse d’estime de soi et de son image corporelle. 

 

 

La course à pied : les preuves des bienfaits sur la santé mentale établis

 

Les auteurs ont recensé 35 papiers qui ont étudié l’effet d’une ou plusieurs séances seulement sur les aspects de santé mentale. Ces études expliquent que même quelques sorties de course à pied peuvent avoir un effet bénéfique sur la santé mentale. Tout type de course à pied, haute ou faible intensité, améliore l’humeur à court terme.

 

Les effets à long terme ont été étudiés par trente-quatre études notamment des programmes d'entraînement allant de 2 semaines à plus d'un an. Elles suggèrent que la course à pied améliore une vaste palette de marqueurs de santé mentale.

Selon les auteurs les explications de ces trouvailles tiennent à des ressorts neurobiologiques, psychosociaux et comportementaux. Dans le traitement des troubles psychologiques les médicaments sont souvent utilisés en première intention. La course à pied pourrait être utilisé comme une intervention « cost-effective » pour certains troubles mineurs seuls ou en association à une médication dans les cas sérieux.

 

Les auteurs concluent que la course à pied a d’importantes implications positives sur la santé mentale en particulier pour la dépression et l’anxiété. Améliorer sa santé mentale est une façon de répondre – en partie à des enjeux de santé publique. Donc prenez soin de votre moral : courez !

 

Flavio Bonnet