Retourner à la liste

Pierre Lavoie et la zizanie des cubes

Cette semaine, les médias sociaux se sont agités, pour ne pas dire emballés, devant ce qui devient une véritable saga Pierre Lavoie. Allégations concernant la gestion rigide de Germain Thibault, moyens financiers importants et possibles écarts entre l’investissement direct dans les projets et les salaires versés aux deux têtes dirigeantes, série de portraits de familles exaspérées par le retour des cubes, et ainsi de suite. Loin de nous l’idée d’ajouter de l’eau au moulin de ces sorties qui touchent finalement de très loin la santé, l’activité physique, et auxquelles Pierre Lavoie répondra. Ce qui nous semble primordial de mettre de l’avant, c’est l’impact considérable du travail de Pierre Lavoie et de son équipe. Pas pour faire fi des débats actuels, mais pour les éclairer à la lumière de ce que nous observons en tant que professionnels de la santé.

 

 

Sensibilisation à un problème de santé publique

 

La pandémie d’obésité chez les enfants est connue. L’alarme est répétée. L’excès pondéral prédispose souvent le jeune à une vie d’adulte passée en surpoids et aux prises avec des problèmes de diabète et de maladies cardiovasculaires. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la prochaine génération pourrait vivre moins longtemps que l’actuelle! Pourtant, le haut degré de priorité qui devrait être donné à des programmes de prévention n’arrive pas. Aucun politicien, aucune figure publique avant Pierre Lavoie, n’a réussi à mobiliser autant d’acteurs sociaux pour faire bouger un si grand nombre de gens, jeunes et adultes. Les lieux de sensibilisation sont multiples : Le Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL), la fondation de recherche sur les maladies orphelines, Cube création, le Grand défi entreprises, les conférences, les apparitions médiatiques de Pierre Lavoie, la couverture des événements à travers le Québec, les figures connues qui encouragent un mode de vie actif en participant au 1000 km, etc.  (Beau travail d’Emmanuel Bilodeau, d’ailleurs!) C’est une vague santé jamais observée au Québec et qui est plus que nécessaire. L’impact est si considérable que le programme des cubes d’énergie s’exporte bientôt aux États-Unis et en France, et le Défi Entreprise inspire des projets à l’étranger.

 

«Oui, mais le condo à 444 000$ à Boucherville?»

 

Parce que Pierre Lavoie est le visage de ces événements, il est prévisible que les débats le prennent à part et individualisent les critiques. Le charisme et l’histoire touchante qui est la sienne ont aussi participé à construire une image médiatique d’un homme en pèlerinage, animé par la mission la plus pure : promouvoir la santé. Les livres financiers ouverts révèlent qu’il tire un salaire intéressant de ses activités. Ceci nous ramène à une question qui revient bien souvent : pour être considéré comme tout à fait altruiste, faut-il aussi faire vœu de pauvreté? À chacun de juger selon ses convictions, mais encore ici, regardons les chiffres sous la loupe intéressée d’un professionnel de la santé.

 

  • Les liquidités accumulées par les projets de Go le Grand Défi ont permis jusqu’ici d’en développer de nouveaux. L’ambition, le dévouement et la volonté de réinvestir sous la forme de projets santé sont là; l’expansion rapide et la multiplication des événements en sont de belles preuves.
  • La plus grande somme d’argent que rapportent les programmes de Pierre Lavoie est encore difficile à estimer, mais elle est faramineuse. De quoi s’agit-il? Des sommes économisées en soins de santé. Une grande majorité du budget provincial (donc, nos taxes) est investi en médecine curative, c’est un gouffre sans fond de nos dépenses publiques. Des enfants, des futurs adultes, des employés en santé, c’est une économie pour le Québec qui se calcule en milliards de dollars.
  • Les événements permettent d’amasser des fonds qui vont directement à l’établissement parrainé par les groupes participants au Grand défi Pierre Lavoie. Pour ne donner que quelques exemples puisque ceux-ci abondent, 50 000$ ont été remis récemment à l’école Marie-Immaculée des Escoumins et 130 000$ ont été amassés par l’équipe de cyclistes Premier Tech – FTQ de Rivière-du-Loup pour aider une douzaine d’écoles. On parle de deux équipes; il y en avait 200 en 2015. Tout ceci sert à favoriser l’activité physique dans les institutions où le besoin est le plus criant.
  • Les sommes investies en recherche ont notamment permis d’identifier le gène d’une maladie infantile héréditaire très présente au Saguenay et même de dépister celui-ci chez les parents porteurs avant d’avoir un enfant.

S’il faut vraiment être plus clair : Pierre Lavoie peut s’acheter autant de condos qu’il le souhaite, les économies qu’il nous fait faire en tant que société sont largement plus importantes.

 

Les cubes de la discorde

 

Comme c’est souvent le cas, les médias ont partagé avec plus de vigueur les ras de bol de parents face aux cubes d’énergie que les bonnes expériences. Si l’on résume rapidement les commentaires, on parle surtout d’une pression parentale et professorale, parfois accompagnée d’un lot de culpabilité, pour faire bouger les enfants. Un système qui encouragerait la compétitivité et la performance, avant le plaisir de bouger et la sensibilisation aux bienfaits d’un mode de vie sain. Pour citer un billet qui a transporté le débat vers la radio : «J’imagine bien mal ma mère me demander, en 1987, de compter le temps que j’avais passé assis sur mon bécyk banane.» En effet. Mais cette affirmation en dit moins sur la pertinence des Cubes d’énergie que sur la place quotidienne accordée à l’activité physique aujourd’hui. Il est bien possible que colorier des cubes pour un enfant déjà actif représente avant tout un carnet de plus à remplir. Maintenant, il est aussi fort possible que ce carnet agisse comme incitatif à bouger, à faire de la sensibilisation auprès des enfants (et des parents!), à entreprendre des activités rassembleuses dans les écoles et à mettre de l’avant des modèles inspirants de gens actifs. De fait, des récits qui révèlent que le programme a transformé des vies, rien de moins, il y en a plein.

 

Bref, La Clinique Du Coureur ne peut pas discuter de ce qui a trait à la structure organisationnelle financière des différents pans de cette grande machine parce qu’on y connait vraiment rien, ce qu’on tient toutefois à partager est ce que nous voyons : la plus grande vague d’engouement pour un mode de vie sain jamais vue. Ceci est possible grâce à Pierre Lavoie, un homme d’exception qui a notre soutien et dont on ne mesure même pas totalement encore le bien qu’il fait autour de lui.

La Clinique Du Coureur