Retourner à la liste

Méchante betterave!

Terminée l'utilisation de la betterave dans l'alimentation des Olympiens. La Clinique Du Coureur a appris en primeur que la Betterave recevra la mention de «substance bannie» aux prochains Jeux Olympiques et dans la majorité des grandes instances sportives de la planète. 

 

 

C'est suite aux résultats plus que concluants d'une récente étude russe (ClubMed) que la décision a été prise. La couleur de l'urine résultante correspondant aux mêmes effets que les stéroïdes anabolisants, les chercheurs se sont penchés sur les similitudes entre les 2 substances, l'une synthétique et l'autre purement naturelle, pour en arriver à des résultats beaucoup plus significatifs que ce qu'ils avaient prévu sur un bassin de plus de 200 000 malheureux sujets (l'évidence du mauvais goût du jus de betterave aurait fait l'objet de plusieurs plaintes auprès d'ONG associés aux droits de l'homme).

 

Fausse route?

 

La Clinique Du Coureur penche du côté de la théorie du complot puisque cette étude aurait été entièrement financée par le gouvernement russe avec pour objectif d'apaiser la grogne face au retour de la nation dans les bonnes grâces du CIO et aussi la dédramatisation de l'utilisation de substances dopantes lors de réunions sportives. 

 

L'évidence du mauvais goût du jus de betterave n'est pas non plus pour cet aliment un gage de bonne performance mais augmenterait la résistance du visage à la souffrance. Encore là, c'est nébuleux.

 

Qu'arrivera-t-il maintenant de la banane, des dattes et autres aliments connus pour leurs vertus positives face à la performance? On vous pose la question. Même chose pour les aliments favorisant une bonne récupération comme les noix, les bons gras et le poisson...

 

 

 

Pour les scientifiques :

 

Bet Juice and Endurance Performance

Zhurnal Sportivnoy Meditsiny, February 2018, Volume 67, pp 24-31.

RinMo I, BoisDu B, LierEscu JF, ThouBert A 

Saint Petersburg University 

The belief among athletes that bet juice is an ergogenic aid is common, and several governing bodies of sport have barred use of the drug during competition. At the cellular level, bet juice has been implicated to affect the translocation of calcium in muscle, promote an increase in cellular levels of cyclic AMP and cause a blockade of adenosine receptors in the central nervous system. The general systemic effect of bet juice is to cause central nervous system arousal, mobilisation of free fatty acids and other metabolites, and possibly enhance the contractile status of muscle.

At present, the scientific community remains divided as to whether bet juice ingestion will indeed produce an ergogenic effect upon sport performance. Some evidence suggests that bet juice may improve performance in events relying upon strength and power; however, the lack of in vivo research in humans makes it difficult to form firm conclusions. In addition, reports concerning bet juice's effect on V̇O2 max and performance during incremental exercise are not in agreement.

On the other hand, recent studies suggest that bet juice might indeed have ergogenic potential in endurance events (e.g. marathon running). It is hypothesised that the mechanism behind these findings is related to the increased availability of free fatty acids for muscle metabolism which has a glycogen-sparing effect.

 

 

...POISSON D'AVRIL

L'équipe de La Clinique Du Coureur