Retourner à la liste

La course à pied est-elle un sport de masochiste ?

Que vous soyez coureur débutant ou élite, vous avez déjà sans doute fait l’expérience de douleurs liées à vos séances. Quand on court, les courbatures et les douleurs tendineuses sont légion. Elles comptent en effet parmi les symptômes les plus fréquents, mais également les plus bénins.

 

 

 

Il est normal d’avoir mal

 

Il est important que vous sachiez qu’il est tout à fait normal de ressentir de la douleur lorsque vous courez. Entendons-nous, nous parlons bien ici de douleurs légères et qui ne durent pas. Les contraintes mécaniques excessives sont à l’origine d’une réponse de vos tissus (muscles, tendons, articulations et os) qui engendrent un signal d’alarme (la douleur), lequel vous informe que vous en avez fait plus que d’habitude.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la course à pied est l’un des rares sports où ce sont les symptômes ressentis qui guident la progression.

 

 

La douleur est un guide

 

Ces symptômes sont autant de signaux pour guider votre évolution. Cependant, il faut savoir distinguer les bons signaux des mauvais; différencier les bonnes douleurs des mauvaises douleurs.

 

Les douleurs musculaires apparaissant généralement 24 à 72 heures après un effort et disparaissant ensuite sont communément appelées les courbatures. Elles sont tout à fait banales, bien qu’elles indiquent que vous en avez fait significativement plus qu’à l’habitude.

 

Les douleurs tendineuses sont également fréquentes et il convient d’y être plus attentif. Une douleur qui persisterait entre vos sorties ou deviendrait matinale, voire quotidienne, est à prendre au sérieux.

 

Plus rares, les douleurs articulaires et osseuses sont vraiment un signe que vous avez « chargé », comme on dit. Quelques jours de repos stricts seraient tout indiqués.

 

 

Les symptômes sont modulés par différents facteurs

 

Il est désormais bien établi que les douleurs ressenties sont modulées à la hausse ou à la baisse par ces 5 facteurs : la fatigue, le stress, l’anxiété, les croyances et les peurs. En effet, pour un même stimulus douloureux, l’intensité des douleurs perçues peut varier. C’est pourquoi il faut vous questionner :

  • Dormez-vous suffisamment par rapport à ce dont vous avez besoin ?
  • Subissez-vous un stress particulier professionnel ou personnel ?
  • Etes-vous particulièrement anxieu.se ?
  • Avez-vous des croyances adéquates par rapport à vos symptômes ? – c’est-à-dire, avez-vous des connaissances fiables concernant vos douleurs ?

 

Le corolaire est bien entendu celui-ci : si vous vivez une période marquée par le manque de sommeil ou le stress, n’hésitez pas à lever le pied. Diminuez le volume et diminuez l’intensité, au moins transitoirement.

 

Quoi qu’il en soit, si vous éprouvez des symptômes douloureux dans votre vie quotidienne qui persistent entre les séances, voire s’empirent au cours du temps, il est temps de consulter. Vous trouverez sur ce lien les professionnels de la santé proches de chez vous formés par La Clinique Du Coureur

Flavio Bonnet