Retourner à la liste

L’attaque talon plus économique que l’attaque avant pied ?

Très récemment, une étude de Ogueta-Alday, intitulée « Rearfoot Striking Runners Are More Economical than Midfoot Strikers » a été publiée dans Medicine & Science in Sport & Exercise. Si vous ne lisez que le titre de l’article, vous aurez tendance à généraliser à partir d’une conclusion qui est somme toute assez spécifique.

 

Voici notre critique: L’étude est bien faite et sérieuse. Elle montre que chez 20 athlètes de très bon niveau (courant près de 100km par semaine et ayant un chrono sur ½ marathon entre 1:05 et 1:15) que les 10 coureurs attaqueurs du talon (rearfoot stiker) étaient plus économiques que ceux attaquant sur la mi-pied ou l’avant pied, lorsque mesurés à des vitesse de 11 et 13km/h (57 à 81% du VO2).

 

Voici certains points qui expliquent pourquoi il est difficile de généraliser ces résultats:

 

  1. Je resterais prudent d’étendre ces conclusions à l’ensemble des coureurs d’abord parce qu’ils n’étaient que 10 par groupe et que leur groupe était très spécifique à une population de coureurs masculins, très rapides, provenant probablement de l’Espagne, courant avec des chaussure de 250-300gr (10oz)
  2. Leurs cadences élevées et optimales, entre 168 (à 6min/km) et 186 (à 3min/km) selon la vitesse de course, les amenaient très probablement à avoir une attaque talon minime en terme d’angle pied-sol ainsi qu’une phase de freinage et une distance du centre de gravité peu importantes. Ces paramètres n’étaient pas définis dans cette étude, ni comparés à ceux observés chez les coureurs récréatifs… probablement bien différents. (Faire une seule catégorie avec les attaqueurs talon me semble encore une fois inadéquat)
  3. Cette étude ne montrait plus de différence significative "d’économie de course" (EC ou running economy) à plus haute vitesse (15km à l’heure). Est-ce que la tendance se renverse lorsque l’on s’approche de la vitesse importante, celle de performance  (18km/h pour ces athlètes) où l'EC devient un facteur réellement déterminant de la performance?

 

Quelques questions sans réponses : Serait-ce les mêmes conclusions…

 

  • Pour les coureurs récréatifs ayant une attaque talon beaucoup plus prononcée?
  • Pour les femmes?
  • Pour les Africains de l’Est?
  • Si l’analyse avait été faite pieds nus ou en chaussures minimalistes/de compétition et non avec des chaussures de 300g (10oz)?
  • Si l'EC était évalué à vitesse de performance et non à vitesse de jogging lent?

 

Encore une fois, la biomécanique est quelque chose de bien complexe et hautement individuelle. La littérature étant plutôt floue sur le sujet de la pose du pied au sol, je continue à croire et à dire que bon nombre d’attaques talon retrouvées chez les coureurs récréatifs chaussés de grosses chaussures et ayant des cadences inférieures à 160 ne sont pas économiques!

 

La semaine prochaine : comment améliorer ses performances par l’amélioration de son économie de course (EC)… version pratique!