Retourner à la liste

Des Québécois au championnat du monde de ‘Skyrunning’

 

Le championnat du monde de ‘sky running’ se tenait à Chamonix-France dimanche passé (29 juin). Le Marathon du Mont Blanc et son paysage splendide accueillait les meilleurs traileurs de la planète… juste en avant des 2 milliers de coureurs venant de partout dans le monde pour braver les 42km et les 5000m de dénivelé. Une expérience riche en émotion et en moments magiques à laquelle La Clinique Du Coureur a participé.

 

Nous avons recueilli les commentaires de l’équipe du Québec pour vous :

 

« La montagne a parlé. C'est la phrase que l'organisation a utilisée pour justifier le changement de parcours de dernière minute à cause de la météo en ajoutant: "il faut respecter la montagne". Ça a pris tout son sens en haut du col des Posettes à plus de 2000m d'altitude avec des conditions difficiles (froid, vent fort et pluie), où je comprenais et approuvais dorénavant ce changement. Après tout, ils ont de vraies montagnes eux. Maintenant, j'écoute et je respecte la vraie montagne. » Alexandre

 

« Les Francais sont pas techniques mais purée, ils montent comme des trains » Jeff (14ième overall)

 

« Une bénévole : haaa vous êtes Québécois, vous n’avez pas peur de la pluie ? Non … mais des côtes ! » Marc-André

 

« Je ne m’imaginais pas pouvoir être aussi raqué (courbaturé) des bras dans une course de trail… la seule manière que j’avais d’économiser mes jambes en montant était de pousser sur mes genoux! » David

 

« Changer mon dossard du 23km pour le 10km suite à une entorse de cheville : Déçus. Courir 20 km plutôt que 10km pour erreur d’aiguillage : contente ? » Hélène (participante du 10km)

 

« J’étais à moins de 20 minutes en arrière de Kilian Jornet :) » Pierre (qui à couru le kilomètre vertical, une autre course du championnat du monde)

 

« Half way : Oh my God, j’ai des nouvelles jambes… » Renée

 

« Une fenêtre s’est durement refermée sur une haute opportunité, mais ce n’est qu’une côte à surmonter dans un volcan en activité. Maudite marde ! » Lee-Manuel (DNF, blessure la veille de la course)

 

« Après une semaine d’ennui sans mes enfants et ma femme, j’ai couru 4h45 sous la pluie, je me suis viré la cheville, je me suis relevé un ongle, j’étais congelé en haut, j’ai eu mal en bas, je rêvais de monter dans les descentes et de descendre dans les montées (tellement interminables), je n'ai rien vu du paysage à cause de la brume … mais maudit que c’était le fun ! » Blaise