Retourner à la liste

Débat Kmag sur la chaussure

Le 14 septembre dernier, le magazine Kmag était l'hôte d'un débat public portant sur la chaussure traditionnelle vs. la chaussure minimaliste. Reflet de toute l'effervescence actuelle sur le sujet, l'évènement tenu à la Grande Bibliothèque de Montréal affichait salle comble. Voici le débat dans son intégralité suivi d'un autre vidéo de l'introduction de Blaise à ce débat: http://vimeo.com/29351598 http://www.youtube.com/watch?v=_YEaFivYohQ

 

Voici nos commentaires et impressions à chaud sur le débat. Simplement pour préciser la terminologie, notez que à l’inverse de la chaussure traditionnelle, la chaussure minimaliste est plus : simple, basse, près du sol, légère et flexible.

 

Ce que nous savions déjà :

  • Les magasins vendent des chaussures avec l’impression qu’elles sont « normales » et pas si « traditionnelles » (absorbantes, grosses, rigides, lourdes, … )
  • Avec la tendance et les nouveaux produits des grosses compagnies, le minimalisme a le spectre large… on est parfois bien loin du pied nu et de ses avantages.
  • S’il n’y avait pas de prescripteurs de minimalisme et de tendance populaire, on continuerait de ne vendre que du traditionnel.
  • Les compagnies ont plein d’articles scientifiques qui justifient leurs technologies, mais les gardent secrets et ne les publient pas… imaginez toute la bonne information sur les chaussures traditionnelles que nous ne connaissons pas (☺)!

 

Ce que nous avons appris :

  • Tous les panélistes sont POUR le minimalisme, mais la plupart ont de bonnes raisons de ne pas le recommander. Ils sont POUR si prescrit au « bon profil » de personne (type de pied et de biomécanique, poids de la personne, surfaces, …) : des concepts soit flous ou non scientifiques qui réconfortent le vendeur qui oriente plus de 90% des coureurs vers du traditionnel. De bien faibles arguments pour nous convaincre du pourquoi le coureur récréatif ne peut accéder à l’eldorado de la chaussure minimaliste. * Même Blaise recommande des chaussures traditionnelles pour autant que les trois conditions suivantes soit rencontrées : déjà adapté à ce type de chaussure ET pas de blessure ET ne désire pas améliorer ses performances… ce qui ne correspond certainement pas au pourcentage de vente des chaussures traditionnelles (> 90%)

 

Ce que nous ne savons toujours pas :

  • L’ensemble des panélistes semblaient d’accord que les enfants en développement devraient être pieds nus ou en minimalistes… À partir de quel âge, selon les défenseurs des chaussures traditionnelles, devrions-nous donc commencer à porter des chaussures traditionnelles ? Pourquoi les magasins de chaussures et les compagnies font la promotion de chaussures traditionnelles chez les jeunes ?
  • Qu’est-ce qui justifie que plus de 90% des chaussures vendues dans les boutiques spécialisées sont traditionnelles? Qu’est-ce qui justifie que le débutant qui se présente dans une boutique spécialisée sans prescription ne se fait jamais recommander autre chose que du traditionnel?

 

Nos conclusions

Les fausses croyances sont tellement cristallisées que les évidences scientifiques sont insuffisantes pour changer les pratiques et les mentalités bien ancrées. Chacun arrête son cheminement de réflexion au niveau qui le réconforte dans ses propres convictions. Ce débat ne changera pas les pratiques actuelles (vente et promotion), mais le consommateur averti changera l’avenir de la chaussure de jogging… au final, c’est toujours lui qui décide.

 

Merci aux panélistes, aux organisateurs et au modérateur (Anne-Marie David, François Lecot, René Therrien, Kaireen Patton, Gilles Labre / Marianne Pelchat, Pierre Hamel / Yves Boisvert) L’équipe de la La Clinique Du Coureurmc P.S. Laissez-nous savoir vos impressions, écrivez vos commentaires!