Retourner à la liste

Chaussures de course et médicaments

 

Voici un résumé du billet précédent en quelques points:

 

L’industrie pharmaceutique dépense beaucoup d’argent en relations publiques et en promotion de produit… et moins en recherche et développement.

* Les compagnies ont comme objectif principal de faire des profits.

* La promotion des produits pharmaceutiques influence les comportements des prescripteurs (médecins) beaucoup plus qu’ils ne le réalisent.

* L’information promotionnelle est souvent utilisée comme de l’information scientifiquement validée et oriente le choix thérapeutique du médecin.

* Pour l’ensemble de ces raisons, dans plusieurs pays, des politiques publiques ont été mises de l’avant pour réduire les possibilités de promotion de produits pharmaceutiques par les compagnies.

* Chaque présentation dans un congrès se doit de débuter avec l’exposition des biais commerciaux qui lient le conférencier au sujet de présentation.  

 

Je trouve plus qu’intéressant de constater le lien étroit qui existe entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie de la chaussure de sport. Du point de vue de la santé publique, les conséquences d’être mal chaussé sont beaucoup moins importantes que de trop prendre le mauvais médicament. Le fond reste par contre le même : les profits priment sur les meilleures pratiques, le marketing prime sur la science. Les compagnies arrivent de cette manière à convaincre les coureurs d’acheter leurs nouvelles technologies et les détaillants de vendre leur technologie. Je me permets d’avancer que :

 

 

  • Les compagnies de chaussures dépensent beaucoup d’argent en relations publiques et en promotion de produits… et moins en recherche et développement.
  • Les compagnies de chaussures ont comme objectif principal de faire des profits.
  • La promotion des chaussures technologiques par les compagnies influence les comportements de vente des détaillants beaucoup plus qu’ils ne le réalisent.
  • L’information promotionnelle est souvent utilisée par les détaillants comme de l’information scientifiquement validée. Cette information biaisée oriente les détaillants dans les conseils donnés aux coureurs.
  • Les détaillants devraient être plus critiques envers les informations provenant de scientifiques ou professionnels liés directement ou indirectement aux compagnies de chaussures.  

 

N’interprétez pas mal mes dires. Dans le milieu de la course à pied, les détaillants de chaussures sont non seulement les plus influents, mais ils sont aussi souvent ceux qui s’impliquent le plus dans cette communauté de par leurs compétences croisées comme la gestion et la planification d’entraînement de groupe et d’événements sportifs. De plus, les marges de profits dans ce type de business reste relativement petites. Même en profitant des extras, des voyages et des cadeaux provenant des compagnies, au final, ce ne sont pas eux qui jouissent le plus de ce marché lucratif.

 

Le problème à la source est la fausse information véhiculée des compagnies vers les détaillants, puis des détaillants vers les clients. Le problème réside aussi dans les influences commerciales qui paralysent les détaillants dans leurs réflexions et les biaisent dans leurs croyances. Comme en médecine, le futur va certainement changer et les détaillants comme les prescripteurs vont se fier de plus en plus aux sources d’informations scientifiques à jour, fiables et non biaisées.