Retourner à la liste

#5 Débat : La biomécanique de course


Suite 5/6, débat sur la chaussure de course, Université de Lausanne en Suisse.

 

Pour les règles du jeu : voir le billet 1/6.

Panélistes contradicteurs : Boris Gojanovic, Eric Haefelin, Davide Malatesta, Grégoire Millet, Laurent Paonessa.

Question 5 de 6 : «Biomécanique de course : Quelles sont les bases de nos recommandations?»

 

 Position de LCDC : Nous ne croyons pas aux enseignements complexes et trop détaillés. Les interventions devraient être inconscientes le plus possible (mécanisme réflexe avant volontaire). Différentes corrections peuvent être enseignées, selon la réponse de chacun, pour augmenter les comportements de modération d'impact et l'efficacité de course. Les interventions les plus souvent utilisées dans notre pratique sont : intégration de chaussures plus minimalistes, cadence entre 170 et 190, courir en faisant moins de bruit, ... et au besoin seulement, certaines interventions spécifiques comme l’enseignement d’une pose au sol "midfoot", une posture plus droite, etc.  

 

Les moments chauds

  • Grégoire (PhD): Je n’ai toujours pas été convaincu par le minimalisme (hormis le poids et la performance)… en gros on est en train de nous dire « si vous passez au minimalisme vous devez prendre tout un tas de risques, dont le risque de se blesser »…
  • Blaise : Faut-il donc se chausser de chaussures maximalistes ? … Parce que moi non plus je n’ai pas été convaincu de changer mes minimalistes pour des maximalistes.
  • Grégoire : La réalité est que la majorité des coureurs sont en maximalistes (exception des enfants, où je suis d’accord de commencer en minimalistes). Cette transition en vaut-elle la peine… les risques d’une telle transition ne sont-ils pas plus grand que les bénéfices ?
  • Blaise : Ne changer pas vos habitudes si vous êtes habitués, pas blessés et vous êtes satisfaits de vos performances… MAIS la personne qui commence un programme de course : est-ce qu’on la laisse dans les mains des détaillants et des compagnies biaisées pour recommander des chaussures ? (basé sur leurs recommandations, 95% du marché en Europe est maximaliste)
  • Blaise : je répète « quel type de chaussure allez-vous recommander au débutant? »
  • (Aucune réponse claire des 5 panélistes)
  • Laurent (détaillant) : Je suis plutôt pour… mais difficile de changer les mauvaises habitudes installées depuis plus de 30 ans (parlant des chaussures traditionnelles/maximalistes) … éviter les extrêmes… je préconise la voie du milieu.
  • Boris (MD): peu importe, faites-vous coacher et quantifiez votre stress… Il y a du sens dans le minimalisme pour le débutant.
 
  • Question de l’audience : Je pense que ce débat n’existera plus d’ici quelques années… tout le monde est d’accord que les enfants doivent être chaussés de minimalistes… Quand doit-on leur dire de commencer à chausser du maximaliste ?
  • Eric (ASICS) : Tout le monde est d’accord. Il faut faire courir les enfants le plus minimaliste possible.
  • Blaise : Il faudrait donc retirer les grosses chaussures pour enfants du marché. ASICS est une compagnie qui fait la promo des chaussures maximaliste pour enfants… et qui ne vend que ça !!!
  • Question de l’audience : Il faudrait donc éduquer les parents, qui ne savent pas ce qui est bon pour leurs enfants.
  • Eric (ASICS) : blablabla (jonglerie de concept marketing sans fondement pour noyer le poisson et faire oublier la question)
  • Blaise : L’éducation est la clé du changement. Grégoire et Davide les scientifiques, personne ne les écoute ; Boris et Blaise, les cliniciens, voient quelques cas par année seulement ; Eric de ASICS, il est biaisé … LA personne la plus importante pour éduquer les coureurs et les parents c’est Laurent, le détaillant !
 
  • Davide (PhD) : le minimalisme réduit le temps de contact au sol et les attaques talons… et est supposé être plus économique… mais on sait que plus le temps de contact au sol est long, plus on est économique… même en contrôlant les cadences.
  • Blaise : … sans mot…
  • Grégoire (PhD) : Une étude récente montre que les attaqueurs talon étaient 5 à 6% plus économique que les attaqueurs avant pied.

 

 Mon opinion (avec du recul) Je suis déçu des réponses évasives des panélistes sur la question « quel type de chaussure allez-vous recommander au débutant? » Je ne suis pas très surpris de l’incohérence du discours de la compagnie ASICS (ne vend que des chaussures maximalistes pour les enfants mais dit que ceux-ci devraient être minimalistes)… Je suis anxieux par contre que les détaillants vendent ce type de chaussures… qui serait encore un exemple de biais marketing sans réflexion. Je me répète : LA personne la plus importante pour éduquer les coureurs c’est Laurent le détaillant.

 

Sur quels principes les recommandations de Laurent sont-elles basées ? Fera-t-il partie de notre registre des détaillants basés sur les connaissances scientifiques ? Sur le temps de contact au sol et l’économie (Davide Malatesta), les études semblent partagées (tendance qu’un temps de contact plus court est plus économique : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7,  pour n’en nommer que quelques-unes) … sujet ouvert à discussion ! La bonne réponse serait-elle : temps de contact au sol plus court mais avec un ratio temps de contact/temps de vol plus grand… et ce jusqu’à une cadence de 190 ?

 

La semaine prochaine la question 6 de 6 et la conclusion: Le futur de la chaussure de course ?