Retourner à la liste

#4 Débat : Quelle chaussure pour un marathon?


Suite 4/6, débat sur la chaussure de course, Université de Lausanne en Suisse.

Pour les règles du jeu : voir le billet 1/6.

Panélistes contradicteurs : Boris Gojanovic, Eric Haefelin, Davide Malatesta, Grégoire Millet, Laurent Paonessa.

 

Question 4 de 6 : «Chaussure de course à pied et performance : Quelles sont les bases de nos recommandations?»

 

Position de LCDC : La chaussure la plus performante est celle

 

  1. qui est la plus légère ET
  2. qui protège minimalement le pied de l’environnement duquel il n’est pas adapté  ET
  3. qui n’altère pas trop la biomécanique naturelle.
  4. S’entrainer pied nu (ou plus minimaliste) augmente l’économie de course sur du long terme

 

Les moments chauds

 

  • Blaise : Si on prend le marathonien moyen (4h20), courir avec une chaussure de 120g (minimaliste de compétition), plutôt que celle utilisé par plus de 90% des coureurs (traditionnelle de 350g), lui ferait économiser jusqu’à 15 à 20 minute sur son marathon
  • Grégoire Millet : faudrait discuter de tes 15-20 minutes… je sais pas où tu es allé les chercher (dit-il sourire en coin)… le coût énergétique réel du minimalisme vs du maximaliste (selon une étude publiée cet été) était de l’ordre de 1 à 1,5%...
  • Blaise : Je veux connaître cet article… qu’il faut mettre en confrontation avec les 14 autres qui mentionnent des différences allant jusqu’à 5,4%! Même un athlète de haut niveau pourrait gagner de 1 à 2 minutes en courant avec plus léger.
 
  • Grégoire Millet : Je n’ai pas encore entendu un seul élément qui m’inciterait à titre personnel à courir en minimaliste.
  • Blaise : Tu cours des ultra-trails… serait-ce la même chose si tu courrais des 10km ? Ne serais-tu pas intéressé à porter des chaussures plus minces et plus légères ?
  • Grégoire Millet : Si, pour le poids de la chaussure on est tous d’accord.
  • Laurent Paonessa (détaillant): … à la boutique on a une petite balance (pour peser les chaussures) qu’on utilise de plus en plus… pour ceux qui recherchent la performance.
 
  • Jacques Wullschleger (Modérateur): quelle type de chaussure recommandez-vous si vous avez un surpoids et que vous prenez de l’âge ?
  • Boris Gojanovic : faites du vélo… car la course à pied blesse !
  • Blaise : on ne sait pas actuellement si les personnes plus « lourdes » se blessent plus. Ce qu’on sait, c’est que les personnes obèses ont plus d’arthrose aux genoux. Le meilleur conseil que je peux donner à une personne obèse qui court ou veut courir est de le faire avec une biomécanique qui minimise le stress sur les genoux. La meilleure manière d’acquérir ces techniques protectrices est de courir pieds nus… sur des petits cailloux (image de style pour réitérer l’importance du minimalisme pour cette population… il faut savoir que les chaussures traditionnelles n’ont aucun rôle protecteur pour les genoux)
  • Davide Malatesta : faire du vélo c’est peut-être mieux…

 

 Mon opinion (avec du recul)

 

L’article cité par Grégoire Millet était finalement sur la diapositive présentée. Cette étude de Lussiana et al. n'a rien d'exceptionnel et doit être mise en confrontation avec toutes les autres (2013-Sobhani, 2012-Perl, 2012-Kram(L), 2012-Handson(L), 2012-Franz, 2011-Hanson, 2011-Jenkins(R), 2008-Divert, 2009-Bonacci, 1985-Burkett, 2009-Squadrone, 1994-Flaherty, 1986-Jones, 1985-Martin, 1984-Frederick, 1981-Rlston, 1979-Catlin, 1969-Soule) qui ont étudié cette question, et qui sont arrivées à des résultats presque toujours similaires : chaque 100g dans les pieds augmente votre consommation d’O2 de 0.7 à 1%.

 

Brève critique de l’étude de Lussiana et al.: Étude publié dans le Scandinavia journal of medicine and science in sport (Impact Factor: 3.214) ; 14 sujets évalués ; à très basse vitesse (10km/h) ; les sujets n’avaient pas d'expérience avec les chaussures minimalistes ; les chaussures minimalistes étaient peu absorbantes et relativement lourdes (188g) ; la différence avec leur chaussures traditionnelles était de moins de 150g (300 pour les 2 souliers); ... Conclusion : les résultats de cette étude spécifiquement étaient un peu en dessous de ce qui était espéré en considérant la règle du 0.7 à 1% par 100g.

 

Explication du 15-20 minutes : Chaque 100 grammes dans les pieds augmente de 1% la consommation d’O2 qui se traduit par une réduction de vitesse de 3m/min approximativement. Si on calcule la résultante sur le temps réel du marathon (notre cas de 4h20), en courant le marathon avec des maximalistes de 350g ou des minimalistes de 120g, nous arrivons à : 230g de différence x 2 jambes = 460g = 4.6% de O2 = 13.9m/min = 3614m/4h20 (à 6’09’’/km) = plus de 20minutes… Humm réfléchissez-y bien :) Ceci étant dit, même si la consommation d’O2 est le principal facteur relatif à la performance, plusieurs autres paramètres vont influencer votre chrono, dont la fatigue musculaire amener par une chaussure à laquelle vous n’est pas habitué!

 

La semaine prochaine la question 5 de 6 :

«Biomécanique de course : Quelles sont les bases de nos recommandations?»