Retourner à la liste
Véronique Samson

Véronique Samson

Coureuse sur route

Je suis kinésiologue, future professeure d’éducation physique en milieu collégial et intervenante en cardio-vélo depuis maintenant 5 ans. J’ai également mis sur pied un cours de groupe de préparation physique à la course pour faire bénéficier à mes coureurs des bienfaits de l’entraînement musculaire sur l’optimisation des performances et sur la prévention des blessures. On me décrit donc comme étant structurée, professionnelle, dynamique et motivante. Étant donné ma passion pour la course à pied, je me spécialise davantage dans ce domaine. Autrement, j’ai beaucoup d’intérêt pour le plein air (randonnées pédestres, camping, vélo, etc.).

Entrevue

Quelle est ta profession?

Je suis kinésiologue depuis avril 2019. Actuellement, je travaille dans un centre d’entraînement et à la clinique du PEPS. Je donne également plusieurs cours de groupe tels que spinning et préparation physique à la course à pied.

Que fais-tu dans tes temps libres?

J’utilise mes temps libres pour l’entraînement. Mon sport principal est la course (évidemment !), mais je fais également du spinning, du vélo de route, de la randonnée et de la musculation. Autrement, j’essaie de récupérer et de faire quelques travaux scolaires !

As-tu un livre préféré de course?

Mes livres de course préférés sont Course à pied : guide d’entraînement et de nutrition de Richard Chouinard et La clinique du coureur : La santé par la course à pied de Blaise Dubois

Étais-tu un jeune sportif ou de type plutôt sédentaire?

J’ai toujours été très sportive. Dès mon jeune âge, j’ai pratiqué la natation, la danse et le tennis. Pendant 10 ans, j’ai également fait du patinage artistique, ce qui a su forger mon côté compétitif !

Raconte-nous ta course préférée à vie.

Il est difficile de répondre à cette question étant donné que chaque course possède sa propre couleur.

Toutefois, je dois dire que j’ai vécu de belles expériences avec les courses de Je cours Québec telles que le demi-marathon Oasis ou encore la trail coureur des bois. L’organisation et l’ambiance sont trop top !

Également, je dois dire que j’ai un penchant pour les courses de Je cours Pont-Rouge. Habitant cette ville, je les considère particulières par leur ambiance familière et chaleureuse. De plus, le parcours en sentier boisé du Défi Dansereau est magnifique !

Raconte-nous ta course la plus difficile à vie.

Ma course la plus « difficile » à vie est probablement Snownergie 2020. D’abord, je ne m’étais pas suffisamment pratiquée avec mes raquettes de course. De plus, l’événement a eu lieu le lendemain d’une grosse tempête de neige, ce qui rendit le parcours plus difficile. Finalement, étant dans une semaine de gros volume d’entraînement (allô l’affûtage ?!?!?!), l’énergie y était moins ! Toutefois, le parcours était sublime et j’en garde de bons souvenirs ! 

À quoi ressemble une semaine typique d’entraînement pour toi

Je suis actuellement étudiante à temps plein à l’université dans le cadre du DESS en enseignement au collégial. Je travaille également dans un centre d’entraînement et je donne entre 5 à 6 cours de spinning et 1 à 2 cours de préparation physique à la course à pied par semaine. Ayant un horaire très chargé, je profite donc de ces séances pour donner mon 110 %. Autrement, j’ai l’habitude de courir les lundis, mardis ou mercredis, jeudis ou vendredis et les dimanches. J’essaie également de faire une à deux séances de musculation, généralement les lundis. En bref, j’ai un volume moyen de 10 à 12 heures d’entraînement par semaine !

À quoi ressemble ta phase de récupération postcourse

Ma phase de récupération consiste à faire toutes sortes d’activités sportives autres que la course. En fait, je fais ce que je veux, sans structure ! J’en profite pour faire plus de vélo, plus de randonnées, etc. Je profite de la vie et j’y vais selon mes goûts du jour !

Où trouves-tu la motivation de t’entraîner?

Étant intervenante en cours de groupe, j’ai l’habitude de motiver les gens. Ainsi, il m’est également facile de m’automotiver ! Autrement, je garde en tout temps mes objectifs personnels en tête, ça me permet de rester focus !

Aussi, je dois dire que mes entraînements jouent un rôle majeur sur mon niveau d’énergie. Les samedis, comme j’ai l’habitude de travailler toute la journée, j’ai off d’entraînement. Pourtant, c’est la journée où je me sens le plus fatiguée !

As-tu un mantra que tu te répètes à la course pour augmenter ta motivation?

La seule chose qui me vient à l’esprit est : T’ES CAPABLE. Je me le répète très souvent lors d’un évènement sportif, surtout en fin de course !

Comment gères-tu la déception lorsque tu n’atteins pas tes objectifs?

Pour être honnête, lorsque je n’ai pas réussi à donner mon 110 %, il peut m’arriver de verser quelques larmes. Comme tout le monde, je n’aime pas être déçue ! Toutefois, je dois dire que je passe rapidement à autre chose et j’utilise cette épreuve comme leçon en vue de ma prochaine course et donc ma prochaine préparation !

Que serait-on surpris d’apprendre sur toi?

Bien que je sois sportive, j’ai également un côté artistique développé. Je sais jouer du piano et j’aime dessiner des portraits lorsque j’ai le temps (ce qui est devenu très rare depuis les dernières années).