Retourner à la liste
Sarah Bergeron-Larouche

Sarah Bergeron-Larouche Élite

Coureuse en sentier

Originaire de Québec, je suis chiropraticienne sportive de formation. Passionnée de sport depuis ma tendre enfance, j'ai toujours aimé la compétition et les nouveaux défis. Je suis fièrement membre de l'équipe Salomon Canada depuis 2013 et je me spécialise dans les distances variant entre 50-80 km en course en sentier. Ma devise, c'est la santé par la course à pied, ou tout autre forme d'activité physique. Je prône la prévention et le "cross training". Pratiquant de nombreux sports, je ne me considère pas uniquement comme une coureuse, mais comme une athlète qui courra pour encore de nombreuses années ;)

Entrevue

Quelle est ta profession?

Je suis chiropraticienne.

As-tu des livres favoris sur la course à pied?

Je retourne souvent à Endure (Alex Hutchinsonn) et How bad do you want it? (Matt Fitzgerald).

Écoutes-tu de la musique en courant? Des podcasts?

Je dirais oui dans 50 % des cas. J’aime m’instruire en courant. Étant hyperactive, et auditive, il est plus facile pour moi d’écouter des podcasts en faisant mes activités que de m’arrêter pour lire un livre par exemple. J’aime aussi courir en écoutant de la musique. J’ai différentes playlists que je me suis montées avec les années et j’y vais avec le flow de la journée concernant celle que je choisis. 

Par contre, je trouve important de courir sans distractions externes (musique/podcasts) pour être plus centré sur soi-même, évaluer ma propre perception de l’effort, écouter les bruits ambiants de l’environnement, etc. Lors des courses, je ne cours jamais avec de la musique. Donc je m’efforce souvent de partir courir pour des longues sorties sans musique ni podcasts. 

Étais-tu un jeune sportif ou de type plutôt sédentaire? 

Jeune sportive, j’ai pratiqué de nombreux sports d’équipes notamment le soccer, le hockey, la ringuette, le baseball, et vers la fin de l’adolescence j’ai pris un tournant vers les sports individuels et d’endurances.

Quels sont, selon toi, les défis à venir pour le milieu de la course?

Dans les circonstances actuelles, le défi #1 pour le milieu de la course de trail sera d’avoir des courses internationales avec des athlètes internationaux. Avec le covid-19, toutes les courses sont annulées pour le printemps et le début de l’été. De plus, les transports transatlantiques sont arrêtés, les frontières fermées et la pandémie ne frappe pas tous les pays en même temps… Alors il faudra selon moi un certain temps avec que l’on puisse réunir des athlètes internationaux à un évènement. 

Défi #2, et j’espère me tromper, concerne le dopage. Toujours dans les circonstances actuelles, les agences d’antidopages ont cessé leurs activités pour des raisons gouvernementales, en raison de l’urgence sanitaire, distanciation sociale et probablement aussi car les olympiques sont repoussés à 2021. Par contre, j’appréhende le fait que cela invite certains athlètes à faire usage de substances augmentant la performance (illégales) étant donné qu’il n’y aura plus vraiment de contrôle pendant un certain temps. Et encore, il est connu que ceux qui surveillent (agence antidopage), sont en retard par rapport à ceux qui administrent… Donc cette période d’arrêt ne va certainement pas aider aux améliorations des connaissances et au développement de nouvelles technologies dans le milieu antidopage. D’un autre côté, très peu d’athlètes en trail running vivent de leur sport. Je crois que tant et aussi longtemps qu’il n’y aura pas beaucoup d’argent dans ce sport, il demeurera sain. Parallèlement, il faudra mettre en place des mesures plus strictes comme la Golden Trail série fait. En effet, même avec une prescription du médecin aucune substance n’est acceptée pour les athlètes prenant le départ. L’idée derrière ce règlement est que « si tu dois prendre un “médicament » pour une condition « x » tel que de l’asthme ou rhume,  alors peut-être ne devrais-tu pas prendre le départ ?! Tu reviendras faire une course lorsque tu seras en santé »— Greg Vollet, fondateur de la série. 

Où trouves-tu la motivation de t’entraîner? Quels en sont les bienfaits dans ta vie

Le sport pour moi, c’est un mode de vie, quasiment un besoin vital. Par contre, l’entraînement doit demeurer la priorité des choses secondaires ;) Ma famille et mon travail passent en premier. Pour les bienfaits que l’entraînement m’apporte, j’ose dire que c’est un moyen de mieux gérer mon stress et mes émotions, tout en étant une source de valorisation personnelle. Et c’est à travers le sport que je fais les plus belles rencontres et vie mes meilleures expériences.  

As-tu un mantra que tu te répètes à la course pour augmenter ta motivation

J’en ai plusieurs, il varie dans le temps. Rapidement les trois qui me viennent en tête sont :

3F : fast-focus-fortunate, Purposefull Practice makes progress, show up pay attention and give it all. 

As-tu déjà souffert de blessures de course? Comment les gères-tu lorsqu’elles se présentent et comment les évites-tu

Oui plusieurs : fracture métatarsienne, syndrome de la bandelette, tendinopathie achilléenne, fractures de mes deux radius, fracture scaphoïdes, syndrome du cuboïde. Pour les gérer et les prévenir, je fais beaucoup d’entraînements croisés et c’est ce qui me permet de rester loin des blessures. Évidemment, je suis une bonne quantification du stress mécanique. 

Le syndrome du surentraînement teffraie-t-il? Comment es-tu certain den rester éloigné?

Non pas vraiment, je suis certaine d’en rester éloignant en suivant mes sensations (fatigue, humeur, appétit, interaction en société) et en suivant la variabilité de mes fréquences cardiaques lorsque j’ai un doute. 

T’intéresses-tu à la science en course à pied? Si oui, quel domaine attire le plus ton attention (nutrition, endurance, etc.) et pourquoi? 

Oui, les stratégies de récupérations, la psychologie sportive, les méthodes d’entraînements, la prévention des blessures attirent mon attention. Je J’aime beaucoup m’instruire dans ce domaine et je suis curieuse, j’écoute des podcasts comme Science of ultra ou The strength running podcast, par exemple, où on y trouve de bonnes informations divulguées.