Retourner à la liste
Marie-Claude Yergeau

Marie-Claude Yergeau

Coureuse en sentier

Ayant toujours été sportive récréative, j’aime participer à des événements de course pour les côtés plaisir et social! J’ai toujours été dans le milieu de l’enseignement du corps humain, dans les soins ostéopathiques aussi! Je pense être une bonne communicatrice de bonheur et d’énergie. Plusieurs me disent inspirante, je leur réponds qu’il faut bouger en s’amusant! Tout le monde me reconnaît sur les course, principalement par ma chevelure et mon côté coloré!

Entrevue

Quelle est ta profession?

Ostéopathe, mais aussi une ancienne technologiste médicale (15 ans) et j’ai enseigné 6 ans au cégep en analyses biomédicales et enseigné 5 ans en ostéopathie (j’y ai écrit un livre sur les tests de base à effectuer pour les étudiants). Je suis aussi formatrice RCR et premiers. Coach de course avant.

As-tu un livre préféré de course?

Grand Trail (Frédéric Berg) et La santé par la course à pied de La Clinique Du Coureur (Blaise Dubois et Frédéric Berg).

Quels sont, selon toi, les défis à venir pour le milieu de la course?

L’éducation des gens face à la course, trop de gens commencent la course à pied sans notions ni bases et risquent de se blesser et d’abandonner trop rapidement. Aussi, avec la pandémie, beaucoup de gens ont commencé la course sans techniques et avec de mauvaises chaussures !

Raconte-nous ta course préférée à vie

Harricana, j’ai fait quelques fois le 28 km et j’aimerais bien faire un ultra là-bas !

Décris-nous ton entraînement préféré?

Partir en montagne avec aucune limite de temps, marcher, courir, observer la nature ! M’amuser, c’est l’important, je ne dois pas me rendre compte que je m’entraine !

À quoi ressemble une semaine typique d’entrainement pour toi?

Quand je suis en entrainement intensif pour un Ironman, c’est environ 20 heures d’entrainement par semaine en : nage, vélo, course et musculation, mais j’ai rarement suivi mon plan, je suis plus du genre à être en sous-entrainement qu’en surentrainement! :)

Je m’entraine quand j’ai le goût, donc parfois 2 heures semaines et parfois 15 heures semaine, mais je priorise ma famille au lieu de la discipline !

À quoi ressemble ta phase de récupération post course?

Je n’ai jamais vraiment fait de récupération post course, au contraire après un évènement, je suis tellement énervée que souvent je vais marcher en montagne !

À quoi ressemble ta diète, comporte-t-elle des particularités?

J’ai beaucoup de nausées en course alors j’essaie d’éviter les aliments trop sucrés. Mon corps demande des aliments salés, souvent alors pâtes avec sel, Brix avec pretzel et compote de fruits.

Pratiques-tu la visualisation positive ou d’autres activités de renforcement mental?

Oui. Habituellement 2 mois avant mes courses, je revois la course tous les jours au moins 3 fois, parfois même cela remplace un entrainement.

Comment gères-tu la déception lorsque tu n’atteins pas tes objectifs?

Cela ne m’est jamais arrivé, car mes objectifs sont de finir la course et de m’amuser, alors j’ai toujours atteint mes objectifs. Quand je veux un challenge de plus, je me dis que je dois dépasser au moins 3 personnes pendant la course, ou je joue à la tag dans ma tête et je ne dois pas me faire rattraper par une personne !

Où trouves-tu la motivation de t’entraîner?

J’ai beaucoup de difficulté avec la motivation. En fait, je n’en ai pas du tout, alors mon truc est d’y aller sans me poser la question si cela me tente ! Plus je sors courir et plus j’en ai le goût par la suite !

 Quels en sont les bienfaits dans ta vie?

Les bienfaits sont énormes, autant aux niveaux moral que physique : augmentation de ma bonne humeur, diminution de mon asthme, augmentation du système immunitaire, optimisation des systèmes endocrinien ou hormonal, et j’en passe.

As-tu déjà souffert de blessures de course?

Une fois, oui, j’ai développé un névrome de Morton. Après une analyse de course, on m’avait suggéré une chaussure qui corrigeait ma pronation. Conséquence : je me suis mise à courir trop vers l’extérieur et j’ai développé un névrome. Morale de cette histoire, maintenant je choisis des souliers qui me laissent courir de façon naturelle.

T’intéresses-tu à la science en course à pied?

Oui, je lis beaucoup sur tous les sujets. Je crois que tous les domaines doivent être vus de part et d’autre, le corps humain est un tout. Ma prochaine étape, vu que j’ai plus de temps, est de suivre des formations !

Que serait-on surpris d’apprendre sur toi?

Que j’ai réussi à faire mon premier Ironman en août passé avec très peu entrainement et beaucoup de visualisation, et que j’ai fait toute la portion marathon en marchant ! Pourquoi en marchant ??? Je ne sais pas vraiment, j’avais le goût de profiter du moment, de saluer les gens, de remercier les bénévoles, d’observer les coureurs et de faire attendre mes amis 😊, et d’arriver avec les feux d’artifice. J’étais aussi découragée de voir les gens souffrir en courant et arrêter vomir sur le bord de la route. J’avais encore plein d’énergie, mais j’aime mieux courir dans le bois que sur la route, je crois bien !