Retourner à la liste
Maïka Lamoureux

Maïka Lamoureux

Coureuse sur route

Étant très motivée et très enthousiaste, je ne suis pas capable d'arrêter 2 minutes. Étudiante à temps plein à l'université en économie et travaillant à temps partiel, je jongle avec mon horaire pour maximiser mon temps d'entrainement. Ancienne triathlète, j'aime varier mes surfaces de course entre la route, la piste et les tapis, sans oublier les sorties de ski de fond.

Entrevue

Quelle est ta profession?

Je suis étudiante en économie à l’université Laval.

Qu’est-ce qui te surprend encore du milieu de la course?

Ce qui me surprend encore, c’est que la course, ce n’est pas juste mettre un pied devant l’autre, mais c’est de rencontrer de nouvelles personnes, de courir sur de nouveaux terrains, de constamment se mettre de nouveaux objectifs. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre.

Décris-nous ton entrainement préféré?

Les longues sorties de la fin de semaine pour aller rejoindre des amies et faire le tour de la ville avant de revenir bruncher.

Fais-tu partie d’un club de course?

Je m’entraine avec le club de course de l’Université Laval (CAUL).

Où trouves-tu la motivation de tentrainer? Quels en sont les bienfaits dans ta vie?

Courir me permet de mettre ma journée à pause, de sortir à l’extérieur et de me surpasser.

J’y trouve des bienfaits autant physiques que mentaux. 

Décris-nous ta routine de préparation la veille dune course et avant ton départ.

La veille d’une course, je m’assure (trop souvent) d’avoir un sac avec tous les vêtements nécessaires et de bonnes collations. Avant une course, je m’assure d’avoir une bonne playlist de musique que j’écoute afin de me mettre dans l’ambiance.

Comment maintiens-tu un équilibre entre la course, le travail, la famille et la vie sociale?

Je prépare habituellement mon agenda à chaque début de semaine avec une « to do list » à faire à chaque jour pour être efficace à 100 %.

T’intéresses-tu à la science en course à pied?

La nutrition est vraiment un domaine qui me fascine par son impact direct sur les performances. Ce qui se retrouve dans notre assiette avant ou après une course peut complètement changer notre entrainement. C’est un domaine où l’on cesse d’en apprendre.