Retourner à la liste
Julie Michaud

Julie Michaud

Coureuse en sentier

Jouer dehors a toujours fait partie intégrante de ma vie. Je trouve mon équilibre dans la nature et l'activité physique, la course de trail est mon summum pour me sentir bien, forte et en pleine possession de mes moyens. J'aime apprendre et partager, j'adore me dépasser ainsi qu'aider les autres à le faire aussi et accompagner les plus débutants dans leurs apprentissages. J'essaie de réveiller la motivation et l’intérêt dans les yeux des gens. La santé et le temps sont ce que j'ai de plus précieux, c'est un grand bonheur pour moi d'en profiter pour ajouter de la santé et du temps de qualité à la vie des gens en partageant les valeurs de la Clinique du Coureur!

Entrevue

Quelle est ta profession?

Je suis contremaître d’atelier chez Globocam Québec

As-tu un livre préféré de course?

J’en ai 2!!! Le Livre de La Clinique Du Coureur, qui est mon œuvre de référence! Et le livre d’Émilie Forsberg, Vivre et courir, que je trouve très inspirant!

Quels sont, selon toi, les défis à venir pour le milieu de la course?

Vu le nombre grandissant d’événements, c’est la qualité de l’organisation qui devra primer pour la survie d’un événement.

Raconte-nous ta course préférée à vie.

Ma première participation au Gaspésia 100, ma première course de plus de 100 km. J’ai couru la presque totalité du parcours avec Denis, un gentil monsieur de la région de Trois-Rivières avec qui je suis restée ami. On a refait le monde, s’est raconté nos vies, partagé tellement d’émotions en l’espace de quelques heures!

Raconte-nous ta course la plus difficile à vie.

Ce même Gaspésia 100!! Je pensais à l’abandon à mi-parcours et à force de persévérance, j’ai retrouvé la motivation et l’énergie pour foncer au travers la nuit sous la pluie battante et passer le fil d’arrivée en deuxième position avec une immense fierté et étrangement… le goût de recommencer bientôt!

Qu’est-ce qui te surprend encore dans le milieu de la course?

Le clash des différences entre les coureurs de trails et de routes. Je trouve l’attitude des coureurs très différente sur la façon d’aborder la course et tout ce qui l’entoure. Mais je ne dis pas qu’un est mieux ou plus mal que l’autre, je crois que chacun peut y trouver son compte, selon ses motivations et ses aptitudes.

Décris-nous ton entrainement préféré.

Tout dépend du feeling de la journée… Parfois mes intervalles me font suer, dans tous les sens du terme… et parfois, ils me font tellement sentir forte qu’un sentiment de bien-être m’envahit. Mes sorties de trail en solitaire sont généralement mes favorites et parfois, la présence de mes amis coureurs donne une plus-value à la sortie!

A quoi ressemble une semaine typique d’entrainement pour toi?

6 sorties de course, variant la longueur et l’intensité. 2 fois de yoga et stretching, 1 ou 2 séances de musculation et renforcement au gym et tant qu’à être au gym, je me fais généralement une séance de spinning virtuel.

A quoi ressemble ta phase de récupération postcourse?

Relaxation, stretching léger, bon sommeil et alimentation équilibrée, récupération active.

As-tu un mantra que tu te répètes à la course pour augmenter ta motivation ?

Je me parle tout le temps, jusqu’à me fatiguer moi-même!!! Rendue à ce stade, je porte mon focus à l’extérieur de moi plutôt qu’à l’intérieur, sur la nature et les éléments qui m’entourent! Ce qui revient toujours c’est le positif du moment présent.

Pratiques-tu la visualisation positive ou d’autres activités de renforcement mental?

Oui, avant de dormir je fais des exercices de respiration et de visualisation, ce n’est pas long car je m’endors vite (une vraie marmotte), mais j’en ressens tout de même le bienfait et je me dis que m’endormir là-dessus permet de continuer le travail positif pendant mon sommeil.

Décris-nous ta routine de préparation la veille d’une course.

Ne pas être prête me cause un stress inutile et ne me permet pas d’apprécier le moment de fébrilité à l’approche du départ. Je prépare donc mes choses, mon sac, mes vêtements la veille. Je peux m’endormir sans tracas en faisant ma respiration/visualisation!

Comment maintiens-tu l’équilibre entre la course, le travail, la famille et la vie sociale?

Je profite de chaque moment, je maximise mon temps, tout ça fait partie de ma vie et c’est ce que j’aime. Je cours avec mes amis, pendant que mon auto est au garage, je vais au gym pendant que ma blonde est au travail, je sors courir à la montagne avec mon chien, je passe faire un spinning au gym la nuit a mon retour du travail quand tout le monde dort (je travaille de soir).

As-tu déjà été ou es-tu inspiré par d’autres athlètes?

Oui tout le temps, souvent des gens qui ne sont pas connus! Les jeunes de Cours ta Réussite par exemple. Des gens qui auraient toutes les raisons du monde de s’apitoyer sur leur sort et qui prennent tout leur courage et mettent tout ce qu’ils peuvent d’efforts pour atteindre l’objectif fixé.

Comment les gères-tu lorsqu’elles se présentent et comment les évites-tu?

Je lis beaucoup sur le sujet, je consulte les professionnels lorsque j’en ressens le besoin, mais surtout j’essaie de prévenir en appliquant la gestion du stress mécanique que Blaise nous explique très bien dans son livre!

Que serait-on surprit d’apprendre sur toi?

J’adore les chips... Je peux m’enfiler un grand sac de chips YUM YUM sans aucune difficulté le dimanche soir.