Retourner à la liste

Coureuse sur route

Française qui arrive à Montréal en mai 2020, je pratique le sport depuis toute petite. Après avoir essayé plusieurs disciplines, c'est aujourd'hui le triathlon qui m'anime. La pratique de la course à pied a été un vrai déclencheur social notamment lors de mes différents déménagements. C'est en 2015, à Boston, que j'ai commencé à courir et depuis la course ne me quitte plus. Courir m'a d'ailleurs aidé à rencontrer et fonder le club des ravioles en baskets, un groupe de filles qui aime se rencontrer pour se préparer à de nouveaux défis sportifs. En parallèle, j'aime échanger sur le sport et tout le bien être qu'il apporte sur les réseaux sociaux et sur mon blog (@mavielabas).  Le sport, ce n'est pas seulement une pratique quelconque, c'est une philosophie de vie, une ouverture d'esprit, un facilitateur de bien être,  un moyen de s'évader, se dépasser et se faire plaisir à la fois.

Entrevue

• Quelle est ta profession ? 

Je suis chef de projets dans l’évènementiel. 

• As-tu des enfants ? 

Pas encore. 

• Que fais-tu dans tes temps libres ? 

Du sport, de la lecture, de la cuisine, des petites siestes aussi parfois, du ménage, des balades, du shopping, je regarde aussi des séries, j’en profite pour passer du temps en famille ou entre amis, prendre soin de moi. Pas de programme spécifique, je profite du moment pour faire ce que j’ai envie, selon mes envies, qui est avec moi, où je suis et en fonction de la météo. 

• Quel est ton émission/série/film préféré ? 

The notebook, Forrest Gump et 7 vies pour mes films préférés. Grey’s Anatomy, This is Us, Friend, Esprits crimels et bien d’autres pour les séries. 

• Écoutes-tu de la musique en courant ? Des podcasts? As-tu une chanson clé associée à la course ? 

Tout dépend des moments. Si je suis accompagnée, jamais, je préfère parler ahah. Seule, ça dépend de mon humeur et de ma séance. Pour des sorties longues, j’aime bien les livres audio, pour du fractio ou des sorties VMA, de la musique, ça booste bien. 

• Étais-tu un jeune sportif ou de type plutôt sédentaire ? 

J’ai toujours fait du sport. Enfant, j’étais une touche à tout. De la danse, du judo, du tennis, de l’escalade mais aussi du basket, de la natation ou encore du badminton. Aujourd’hui encore, j’aime varier les sports et les sensations. 

• Quels sont, selon toi, les défis à venir pour le milieu de la course (p. ex. : environnement, dopage, saturation d’événements, etc.)? 

Grosse avancée au niveau du matériel dans beaucoup de sports et notamment la course à pied en ce moment. Pas facile d’accepter ce que l’on peut appréhender comme du dopage technologique. On a banni les combinaisons en natation, grosse controverse pour les coureurs handicapés avec des lames carbones pas toujours équivalente et là, on en ajoute dans nos chaussures. Vers quoi tendent nos nouveaux records ? Faut-il évoluer avec son temps, et si oui, quelles limites apporter ? 
En ce qui concerne le dopage humain, je pense personnellement que les sanctions ne sont pas assez lourdes. Radiation à vie pour toute personne contrôlé positive. Mais là encore, controverse sur les résultats, les contrôles et quid de la seconde chance ? 

• Raconte-nous ta course préférée à vie. 

Pas facile, chaque course en unique et apporte son lot d’émotions. Toutes m’ont apportées quelque chose, de fierté ou de remise en question. Mon premier triathlon reste tout de même un sacré souvenir, un moment partagé, des sensations incroyables, la découverte d’un nouveau sport 3 en 1 qui m’a comblée et l’envie de recommencer une fois la ligne d’arrivée franchit. 

• Raconte-nous ta course la plus difficile à vie. 

Un trail en Chartreuse. Pourtant bien préparée, j’ai eu une grosse défaillance respiratoire dès le 3ème kilomètre à cause d’un sac trop serré. Impossible une fois dernière de me remettre dans la course. Elle s’est transformée en randonnée avec un partage extraordinaire avec les serre-files et un paysage sublime. Malgré la contre-performance, que j’ai eu du mal à avaler, ce trail reste une course mémorable. 

• Qu’est-ce qui te surprend encore du milieu de la course ? 

Le dépassement et la détermination. Que ça vienne de moi ou de tout autre coureur que je croise. Chacun son rythme, son envie, sa possibilité. Tout le monde y met du sien et parvient, à son échelle, à se dépasser. C’est beau. 

• Décris-nous ton entraînement préféré ? 

Les fractios entre copines. Pour moi, les meilleurs car la difficulté est partagée et la séance passe toute seule. Mes sorties favorites restent tout de même celles en amoureux lors de la découverte de nouveaux endroits. Les footings itinérants sont de loin les meilleurs. Mon plus beau souvenir, un semi improvisé à San Francisco. Le défilement des différents paysages, les difficultés des montées qui sont couronnées d’une vue incroyable, la découverte des monuments et différents quartiers et la surprise d’avoir couru mon premier semi-marathon sans même m’en rendre compte. Et puis le petit brunch à l’arrivée et les photos souvenirs en solitaires dans des rues désertées à 5h du matin, le combo parfait. 

• As-tu déjà croisé des animaux sauvages durant l’une de tes courses ? 

Oui plusieurs fois. Des petits lapins tous mignons aux sangliers bien plus effrayants, il n’y a qu’un pas. Les plus mémorables : un arrêt impromptu face à un orignal et son petit à Matane, et des kangourous peu farouches qui nous ont suivis lors d’un footing en Australie. 

• À quoi ressemble une semaine typique d’entraînement pour toi ? 

Lundi : Yoga au réveil + renfo le soir 

Mardi : Piscine au réveil + Séance VMA à la sortie du boulot ou le midi au soleil 

Mercredi : Vélo et Yoga (matin ou soir en fonction de l’heure du réveil) 

Jeudi : Piscine au réveil + Fractionné avec les copines  

Vendredi : Repos 

Samedi & dimanche : Sortie longue + vélo + renfo + piscine en fonction des envies et de la météo. Mais toujours une sortie longue course ou vélo. 

 • À quoi ressemble ta phase de récupération postcourse ? 

 

Des étirements, du yoga. De quoi reposer les jambes avant de reprendre progressivement. 

• As-tu déjà eu recours ou recours-tu actuellement aux services d’un coach sportif ? 

Inscrite dans un club de triathlon, j’avais des coachs pour chaque sport. Malheureusement un changement de boulot à l’autre bout de la ville m’a empêché d’en tirer pleinement parti. Mais mon compagnon qui a un diplôme de coach se fait un malin plaisir à me préparer des entrainements parfois bien corsés. Sinon, je fonctionne beaucoup au feeling et à l’improvisation. 

• À quoi ressemble ta diète, comporte-t-elle des particularités ? 

Diète plutôt équilibrée, j’évite au maximum les plats / gâteaux industriels, j’adore cuisiner. On a banni le sucre raffiné depuis un bon moment, on mange aussi très peu de viandes et on tente de minimiser le gluten au maximum. J’essaie aussi de pratiquer le jeun intermittent mais ce n’est pas toujours évident. 

• Où trouves-tu la motivation de t’entraîner ? Quels en sont les bienfaits dans ta vie ? 

Bonne question. La routine et les habitudes aident à garder un rythme et redonne parfois le petit manque de motivation que l’on ressentait. Pratiquer du sport entre ami est aussi un excellent moteur pour se bouger quand on n’en a pas forcément l’envie et se dépasser au maximum tout en découvrant de nouvelles choses. Le sport fait partie de ma vie depuis toute petite, il permet de se défouler, faire le vide mais aussi partager de nombreuses choses et ressentir de la fierté et de la légèreté. 

• As-tu un mantra que tu te répètes à la course pour augmenter ta motivation ? 

Pas vraiment mais quand je peine, je me rappelle que j’ai la chance de pouvoir courir, contrairement à d’autres qui donneraient tout pour être à ma place. Alors j’avance et je profite. 

• Comment gères-tu la déception lorsque tu n’atteins pas tes objectifs ? 

Avec chaque déception vient une leçon. On digère et on essaie de tout faire pour ne pas revivre la même expérience. 

• Comment maintiens-tu un équilibre entre la course, le travail, la famille et la vie sociale ? 

L’optimisation du temps et de l’agenda est la clé. Rentrer du travail en courant grâce au parcours sans voiture et à la distance ni trop courte, ni trop longue. Profiter de la douche au boulot pour caler une séance le midi, surtout l’hiver où le soleil et le jour est plus qu’appréciable. Mettre le réveil un peu plus tôt pour aller nager à l’ouverture de la piscine. Après nous ne sommes pour le moment que deux, avec des séances calées sur les mêmes jours, ça aide pour s’organiser en famille. 

• As-tu déjà été ou es-tu inspiré par d’autres athlètes ? 

Je suis toujours admirative de ces athlètes aux performances incroyables qui me font rêver lors des JO ou des championnats. Ils sont une grande source d’inspiration et de motivation.  

• T’intéresses-tu à la science en course à pied ? Si oui, quel domaine attire le plus ton attention (nutrition, endurance, etc.) et pourquoi ? 

Il existe un nombre important de croyances, régimes, études autour de la course à pied. J’aime lire et écouter des témoignages, recherches, sur différents aspects qui pourraient impacter notre pratique de la course à pied. Je crois que les performances et les sensations passent avant tout par l’entrainement mais aussi l’alimentation et notre ADN. Bien entendu, tout n’est pas bon à prendre partout et il faut avant tout savoir écouter son corps. 

• Que serait-on surpris d’apprendre sur toi ? 

Bonne question, à vous de me le dire une fois qu’on se connaitra mieux :)